Parlons mousses et pollution !

Fin juin, la revue Sciences et Avenir a publié un article sur la corrélation entre mousses, pollution atmosphérique et mortalité humaine. France Inter a également diffusé une courte émission sur les mousses, véritables sentinelles de la pollution. Voilà l'occasion de parler mousses et suivi de la pollution !
Bryum capillare Hedw.
Bryum capillare Hedw. par Matthieu Gauvain

"Les mousses révélatrices de la mortalité par les métaux lourds" à lire sur Sciences et Avenir

« Grâce aux mousses présentes sur les arbres et les sols, l’Inserm a pu démontrer une corrélation entre la pollution atmosphérique par les métaux lourds et la mortalité humaine jusque dans les zones rurales les plus reculées. Les mousses ne servent pas uniquement à indiquer le nord quand on est perdu en forêt. Depuis 1996, ce sont aussi des révélateurs de la pollution atmosphérique par les métaux lourds. Tous les cinq ans en effet, les chercheurs du Muséum national d’histoire naturelle analysent les dépôts de particules sur ces briophytes qui absorbent l’eau et les nutriments sur toute leur surface. Ce programme baptisé Biosurveillance des retombées atmosphériques métalliques par les mousses (BRAMM) porte depuis 1996 sur 500 sites de collectes répartis sur tout le territoire.

Ces données ont fini par fournir des idées. « Nous avons à disposition des teneurs en métaux lourds sur des mailles de 2km sur 2 pour tout l’Hexagone ce qui nous permet de connaître l’exposition de personnes vivant à la campagne loin des principales sources de contamination », expose Bénédicte Jacquemin, chercheuse à l’unité « Vieillissement et maladies chroniques » de l’Inserm. Les particules de métaux lourds peuvent avoir des sources naturelles provenant de l’érosion par les vents de la croûte terrestre ou des sources anthropiques avec l’activité industrielle et les transports. Les deux sources d’aluminium, arsenic, calcium, cadmium, chrome, cuivre, fer, mercure, sodium, nickel, plomb, vanadium et zinc sont parfaitement distinctes pour les appareils de mesure. »

Extrait de l’article sur Sciences et Avenir

Campylopus introflexus (Hedw.) Brid.
Campylopus introflexus (Hedw.) Brid. par Yoan Martin

"Les mousses, vigies de la pollution dans les campagnes" à écouter sur France Inter

« Depuis 15 ans, les enregistrements du niveau de métaux lourds dans les mousses partout en France permettent à des chercheurs de l’INSERM d’estimer la pollution de l’air en zone rurale et ses effets sur la santé.

Comment fait-on pour passer d’un taux de métaux lourd mesuré dans une mousse à une corrélation avec des données de santé ? Bénédicte Jacquemin explique qu’elle a réalisé avec ses participants et son équipe, une carte donnant la concentration de mousse sur le territoire. Ils ont ensuite calculé et comparé les zones les plus exposées et les moins exposées aux métaux lourds.

Mais cela veut-il dire qu’il faut s’inquiéter du niveau des métaux lourds dans les campagnes où il y a de la mortalité ? L’épidémiologiste explique alors que les métaux apparaissent de manière naturelle dans la croûte terrestre, et certains métaux retrouvés dans l’atmosphère sont dus à l’activité humaine : on appelle cela des « métaux d’origine anthropique ».

« Dans les campagnes, il y a beaucoup de métaux, certains sont naturels, d’autres ne le sont pas, donc on les a catégorisés entre métaux naturels et anthropiques. On a remarqué que les personnes vivant dans les zones où le taux de métaux anthropiques était le plus concentré ont un risque accru de mortalité« .  »

Présentation de l’émission sur France Inter

L'espace projet "Bryophytes" sur Tela Botanica

Participez à l’espace projet « Bryophytes », à sa liste de discussion et son porte-document : tous les sujets touchant la bryologie y sont abordés.

Cet espace réunit la liste de discussion de l’Association Française de Bryologie  et la liste du projet Chorologie des Bryophytes initiée par Tela Botanica. Ce dernier a pour but de réaliser des listes de bryophytes présents dans chaque région ou département français. Un travail d’harmonisation est réalisé pour la nomenclature des taxons sur la base de l’index synonymique par Cécile Lemonnier. Le projet comprend également, depuis 2004, la diffusion d’une liste des bryophytes d’Europe BDNBE, complétée d’un index synonymique.

bryophyte
Capture d'écran de l'espace projet

Les lichens, d'autres sentinelles de la pollution

Les lichens sont également de bons indicateurs de la pollution en ville comme à la campagne.

Le projet participatif Lichens Go! propose de découvrir les lichens poussant sur les arbres en ville afin d’évaluer la qualité de l’air et de mieux comprendre l’écologie de ces organismes très particuliers. Ce programme de sciences participatives s’adresse à tous les citoyens volontaires tout au long de l’année.

Il est possible de participer sans connaissance préalable des lichens, la clé d’identification a été spécialement conçue pour permettre la reconnaissance des différentes espèces de lichens sans besoin d’aucun autre matériel qu’une loupe de botanique ! La méthode d’étude se base sur la présence de différentes espèces de lichens pour évaluer la qualité de l’air, sans aucun prélèvement.

 

lichen
Capture d'écran de l'espace projet

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *