Appel à échantillons de Pins sylvestre

Des chercheurs du département EMG (Ecologie et sciences de l’environnement) de l’université d’Umeå en Suède ont lancé un grand projet d’étude du Pin sylvestre couvrant la totalité de son aire de répartition.

Comprendre la distribution actuelle de l'espèce

Le Pin sylvestre (Pinus sylvestris) est un conifère d’une importance majeure en sylviculture en Europe, et à ce titre il a déjà été très largement étudié. Et pourtant, il soulève toujours des questions ! De nombreuses études ont été menées à petite échelle géographique pour comprendre l’évolution de l’espèce sur les derniers millions d’années et notamment localiser ses potentiels refuges lors du dernier maximum glaciaire. Mais les résultats sont parfois discordants… L’équipe a donc décidé d’envisager le problème dans son ensemble, en réalisant un échantillonnage aussi représentatif que possible de l’ensemble de l’aire de répartition de l’espèce. Un travail titanesque au vu de la superficie, mais déjà bien avancé !

Scots_pine_distribution_FR
Aire de répartition du Pin sylvestre (carte réalisée à partir des données [1])

Zone d'échantillonnage

Une des rares zones peu couvertes par l’échantillonnage actuel est la France, et cette équipe fait donc appel aux bonnes volontés pour obtenir quelques échantillons supplémentaires, qui seront séquencés pour répondre à leurs questions. Pour cette étude, l’origine géographique des échantillons est capitale : seuls les arbres présents dans l’aire de distribution naturelle de l’espèce sont analysables (les arbres introduits ont des origines géographiques inconnues). En France, il s’agit donc principalement des Pyrénées, du Sud du Massif Central, des Alpes, du Jura et des Vosges, mais quelques autres forêts naturelles (Sainte Baume, Sainte Victoire dans le Sud-Est par exemple) sont également intéressantes.

Scots_pine_distribution_France_FR
Présence du Pin sylvestre en France (carte réalisée à partir des données [1])

Méthode d'échantillonnage

Avec les technologies actuelles, pas besoin d’un gros échantillon : l’extrémité d’une branche (quelques aiguilles et si possible les bourgeons terminaux) suffit largement. Dans l’idéal, il faudrait une petite dizaine d’échantillons provenant d’arbres différents, assez espacés les uns des autres (si possible 50m). Chaque échantillon doit être placé dans un petit sac plastique (type petit sac congélation), et si l’envoi par la Poste ne peut pas se faire immédiatement, ils peuvent être conservés 2-3 jours au réfrigérateur sans problème. Il vous faudra ensuite simplement joindre le lieu de la récolte (dans l’idéal des coordonnées GPS sinon le nom de la forêt et/ou de la commune) et vos coordonnées pour être tenus au courant des résultats de l’étude et remboursés des frais d’envois (justificatif à conserver).

Pour toute question sur l’étude ou le protocole de récolte, merci de contacter Jade Bruxaux (en français ou anglais) : jade.bruxaux@umu.se

Pour l’envoi des échantillons :
Jade Bruxaux
Department of Ecology and Environmental Science
KBC Huset, 5th Floor
Umeå University
901 87 Umeå, Sweden

[1] CAUDULLO Giovanni; WELK Erik; SAN-MIGUEL-AYANZ Jesús. Chorological maps for the main European woody species. Data in brief, 2017, 12: 662-666.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *