logo-mnhn

Stage : Effet de la connectivité paysagère sur les communautés végétales – le cas des pelouses calcicoles en Île-de-France

Le Muséum National d'Histoire Naturelle, le Conservatoire botanique national du Bassin parisien (CBNBP) et le Centre d'Écologie et des Sciences de la Conservation (CESCO) proposent un stage de 6 mois.

Contexte

La fragmentation des paysages est considérée comme une menace majeure pour la biodiversité des espaces naturels et semi-naturels. Néanmoins, il existe relativement peu de consensus sur l’impact d’une amélioration de la connectivité pour les espèces végétales (Uroy et al., 2019 ; Fédération des Conservatoires botaniques nationaux, 2011).

Cela engendre beaucoup d’interrogations pour les décideurs sur les données et les modèles à mobiliser pour la mise en place de politiques territoriales liées aux continuités écologiques telles que les schémas régionaux de cohérence écologique (SRCE). Dans ce cadre, la DRIEE Île-de-France a sollicité le CBNBP pour voir l’apport potentiel de ses données à ce type de politique. En effet, le CBNBP gère des bases de données de type « atlas de distribution d’espèces floristiques » (Vimal et Devictor, 2015) et une base de données de cartographie des végétations naturelles et semi-naturelles qui ont l’intérêt d’offrir une couverture importante en termes d’inventaires. Le CBNBP a d’ores-et-déjà préparé et prétraité les données pour les rendre utilisables pour des analyses de continuités écologiques.

Missions

Ce stage portera sur la trame des pelouses calcicoles et les objectifs seront :

  • d’identifier quels sont les paramètres de la connectivité structurelle spatiale (densité spatiale de taches d’habitat, distance inter-taches etc.) qui influencent la richesse et la composition des communautés végétales de pelouses calcicoles ;
  • de tester comment la nature de la matrice paysagère (urbain, agricole etc.) influence la richesse et la composition des communautés végétales de pelouses calcicoles et quelles sont interactions avec la connectivité structurelle ;
  • d’identifier les traits biologiques clés des espèces (vecteurs de pollinisation, mode de dispersion, existence d’une banque de graines…) qui peuvent permettre de prédire la réponse des espèces à la connectivité.

Le déroulement prévisionnel du stage est le suivant :

  • Premier mois : revue bibliographique (problématique générale, choix des variables d’évaluation de la connectivité ; méthodes d’analyse à mettre en œuvre) et familiarisation avec le jeu de données floristique constitué par le CBNBP ;
  • Deuxième mois : calcul des paramètres de connectivité spatiale et des descripteurs de la matrice paysagère ; constitution d’une base de données de traits biologiques pour les espèces concernées (le CBNBP et le CESCO ont déjà des bases qui seront à compléter en termes de traits ou d’espèces) ;
  • Troisième, quatrième et cinquième mois : réalisation des analyses de données croisant les variables de connectivité et les variables paysagères avec les descripteurs des communautés végétales (richesse, composition, traits biologiques). Des analyses de type multivariées et modèle mixtes sont pressenties mais d’autres types d’approches pourraient être envisagés.
  • Cinquième et sixième mois : rédaction du rapport de stage et préparation de la soutenance.

Profil recherché

Master 2 en écologie :

  • Fort intérêt pour les questionnements de recherche et l’analyse de données ;
  • Bonne connaissance des problématiques en écologie du paysage ;
  • Très bonne maîtrise de R ; connaissance des logiciels de SIG appréciée (Qgis) ;
  • Un intérêt pour la botanique serait un plus.

Poste et conditions

Stage long d’environ 6 mois.Le stage sera co-encadré par Jeanne Vallet (CBNBP) et Nathalie Machon (CESCO). Le stagiaire sera accueilli dans les locaux du CBNBP (61 rue Buffon, 75005 Paris).

  • 35 heures hebdomadaires ;
  • Indemnité de stage (suivant minimum légal) ;
  • Prise en charge des frais de mission le cas échéant.

Modalités de candidature

Envoyer un CV et une lettre de motivation à Jeanne Vallet (jeanne.vallet@mnhn.fr), responsable de la délégation Île-de-France et de la valorisation des données avant le 30 novembre (les candidatures seront examinées au fur-et-à mesure de leur réception).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *