Stage : Élaboration d’une liste de plantes alternatives en substitution aux EEE

L'Office français de la biodiversité (OFB) propose un stage de 6 mois de mars à août 2020 à Vincennes (94300) de niveau Master 2 relatif à l'élaboration d'une liste de plantes alternatives en substitution aux plantes exotiques envahissantes (EEE).

Contexte

Au 1er janvier 2020, l’Agence française pour la biodiversité et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage deviendront l’Office français de la biodiversité, établissement public créé par disposition législative.

Il sera composé de près de 2 800 agents répartis sur l’ensemble du territoire français en métropole et en outre-mer.

Les missions confiées à ce nouvel établissement ont pour objectif général la surveillance, la préservation, la gestion et la restauration de la biodiversité terrestre, aquatique et marine, ainsi que la gestion de l’eau.

Une des missions de l’Office est de contribuer à la gestion des espèces exotiques envahissantes (EEE), d’une part en appuyant les services étatiques, les établissements publics, les collectivités territoriales et d’autre part en mobilisant les gestionnaires d’espaces, les associations naturalistes, les filières professionnelles. Les EEE sont reconnues par la Convention sur la diversité biologique (CDB) et la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) comme l’une des causes majeures de l’appauvrissement de la biodiversité dans le monde.

Dans le cadre de la mise en œuvre du Règlement européen sur les EEE de 2014 (article 20 : restauration des écosystèmes endommagés), de la Stratégie nationale sur les EEE de 2017 (action 6.3 : développer et promouvoir les bonnes pratiques pour la restauration des écosystèmes et l’utilisation d’espèces indigènes locales) et du Plan biodiversité interministériel de 2018 (action 45 : interdire l’utilisation de plantes reconnues comme invasives dans tout aménagement public), l’OFB souhaite proposer une liste de plantes alternatives en substitution aux plantes exotiques envahissantes préoccupantes pour l’Union européenne et aux principales plantes exotiques envahissantes en France qui ont des qualités diverses (horticulture, ornementation, paysage, mellifère, fruitier, brise-vent, couvre-sol, grimpant, etc.) et des usages variés (en implantation/aménagement/prévention ou en remplacement/restauration/réhabilitation). Les plantes proposées (espèces, sous-espèces, variétés, cultivars, hybrides) pourraient être des plantes indigènes locales ou par défaut des plantes exotiques non-envahissantes.

Missions

Produire :

  • une liste de plantes exotiques envahissantes commercialisées et utilisées qui requièrent des plantes alternatives de substitution ;
  • une liste de plantes alternatives de substitution pour chacune des plantes précédentes, en fonction des conditions (usage, offre, climat, habitat, sols, etc.) ;
  • des fiches descriptives de ces plantes alternatives pour les recommander aux maitres d’ouvrages et aux professionnels du végétal (et éventuellement aux particuliers).

Travailler en lien notamment avec :

  • la Marque « végétal local » de l’OFB pour valoriser la démarche qui repose sur des listes d’espèces établies par bénéficiaires et par régions d’origine de la marque ;
  • la Fédération des Conservatoires d’espaces naturels (FCEN) pour établir une méthode commune se basant sur les travaux et réflexions en cours dans le bassin Loire-Bretagne et pour focaliser par conséquent le stage hors du bassin ;
  • les Conservatoires botaniques nationaux (CBN) pour solliciter leur expertise ;
  • les filières horticole Val’Hor et paysagiste Unep ainsi que la fédération pépiniériste FNPHP pour vérifier les catalogues, les disponibilités, les productions et les distributions ;
  • les pays limitrophes (belges avec AlterIAS et anglais avec GrowMeInstead) pour mettre en cohérence les propositions ;
  • les acteurs ayant déjà entrepris des projets ou des démarches similaires (Pays de la Loire, Pays creusois, etc.) ;
  • quelques acteurs concernés (collectivités, horticulteurs, etc.).

Profil recherché

Diplômes – Formation – Expérience :

  • Étudiant(e) de niveau Bac +5 en Master 2 ou en École d’ingénieurs dans le domaine de l’écologie, de l’environnement, de l’agronomie, de l’horticulture ou du paysage
  • Connaissances en écologie, en botanique ou en horticulture

Autres :

  • Maîtrise des outils bureautiques et informatiques courants
  • Intérêt pour les logiciels de bases de données
  • Anglais courant écrit et parlé

Savoir-faire opérationnel :

  • Capacité à collecter, analyser et synthétiser des données
  • Capacité à animer des collaborations et des réunions
  • Capacité à conduire un projet et à proposer des solutions
  • Goût pour le graphisme, l’infographie et la communication

Savoir-être professionnel :

  • Dynamisme, force de proposition et esprit d’initiative
  • Rigueur et méthode, capacité d’organisation et d’adaptation
  • Aptitude à la rédaction écrite et à l’expression orale
  • Goût pour le travail partenarial et sens du contact
  • Autonomie, indépendance

Poste et conditions

Site de Vincennes (94300)

Direction recherche et appui scientifique (Dras) – Unité flore et végétation (UFV)

Indemnisation du stage: 3,75€ par heure (maximum 577,50€ par mois)

Modalités de candidature

Les personnes intéressées devront adresser leurs candidatures (CV détaillé et lettre de motivation) par courriel sous la référence « DRAS/PEE/S » à recrutement@ofbiodiversite.fr et arnaud.albert@afbiodiversite.fr (responsable de stage).

La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 19 janvier 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *