dreal Centre Val de Loire

Stage : plantes messicoles

La DREAL Centre-Val de Loire propose un stage de 6 mois

Contexte

Contexte général

En région Centre-Val de Loire, d’importantes surfaces sont concernées par l’agriculture de production, notamment à l’échelle de la Beauce et de la Champagne Berrichonne. A l’heure où l’intégration et la préservation de la biodiversité dans les espaces agricoles qualifiés d’intensifs est une préoccupation montante, les plantes des moissons (autrement appelées plantes messicoles) sont un thème majeur de cette problématique. Si certaines semblent s’adapter aux pratiques actuelles, d’autres sont de plus en plus menacées. Celles-ci font ainsi l’objet d’un Plan National d’Actions (PNA) décliné au niveau régional.

Contexte du stage

Ce stage a pour objectif de caractériser les communautés messicoles de la région Centre-Val de Loire, mais également les spécificités des espèces les constituant, de mettre en évidence les facteurs les plus propices à leur développement, et d’identifier les secteurs essentiels à leur conservation. Une réflexion en termes de préservation sera également menée, notamment via l’identification de secteurs en ZNIEFF (zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique). Cette étude sera réalisée en lien étroit avec le Conservatoire Botanique National du Bassin Parisien (CBNBP) et les acteurs de la profession agricole.

Missions

Ce stage aura les principaux objectifs suivants :

  • Mener une étude bibliographique portant sur l’importance de la préservation des messicoles, (y compris le cas échéant selon l’angle de leur contribution à la diversité et au maintien des pollinisateurs), les menaces les concernant et leur évolution au cours du temps, etc. ;
  • Étudier l’ensemble des données portant sur les cortèges des plantes messicoles des régions environnantes et plus globalement au niveau national. A partir de cela et de la liste des espèces connues pour la région Centre-Val de Loire, établir les espèces pour lesquelles la région joue un rôle local, régional ou national significatif à majeur ;
  • Mettre en évidence les secteurs a priori les plus importants pour la préservation des messicoles et y mener des inventaires spécifiques, le cas échéant en lien avec des inventaires associatifs en cours et selon des protocoles à déterminer en fonction de l’objectif poursuivi (inventaires aléatoires, inventaires ciblés en périphérie des zones de refuge telles les pelouses calcicoles, etc. ) ;
  • Si les données existantes s’y prêtent (bibliographie notamment), mener des actions de recherche spécifiques aux espèces les plus rares ou supposées récemment éteintes ;
    Déterminer, à partir de toutes les données existantes mais également de campagnes d’inventaires, les communautés d’espèces messicoles spécifiques à la région, leur localisation à l’échelle de ce territoire, et les caractéristiques écologiques et culturales associées ; ce dernier point se fera également par une étude de l’histoire et de l’environnement des parcelles, notamment en lien avec les agriculteurs et chambres d’agriculture ;
  • Selon le temps disponible, un guide présentant de façon très synthétique l’essentiel des messicoles de la région sera élaboré ;
  • Étudier l’opportunité d’actualisations ou de créations de ZNIEFF pour les espèces et communautés messicoles prioritaires retenues.

Participation à la vie du département Biodiversité

Afin de contribuer à une formation la plus large possible de la personne accueillie, le stagiaire sera associé aux autres thématiques traitées par l’Unité Connaissance et Préservation de la Biodiversité (mise en œuvre de la séquence « éviter-réduire-compenser », suivi des dérogations d’espèces protégées, Plans Nationaux d’Actions, sorties et formation de terrain, etc.) et plus globalement à l’échelle du service, en respectant la priorité donnée à la mission principale fixée ci-dessus. La personne sera également associé selon disponibilités aux sorties de terrain et missions du CBNBP.

Profil recherché

  • Études type Master en écologie ou agriculture/agronomie (M1 ou M2, avec dans ce cas notamment des ajustements possibles pour intégrer d’éventuelles demandes propres au Master)  ;
  • Bonnes connaissances en botanique et notions en habitats naturels associés ;
  • Motivation pour le terrain et les échanges avec des acteurs divers ;
  • Maîtrise de logiciels SIG ;
  • Pratique de la bibliographie et du traitement de données ;
  • Capacités de synthèse et d’analyse ;
  • Bonne capacité rédactionnelle ;
  • Permis B requis.

Poste et conditions

Lieu et durée :
D’une durée maximale de 6 mois le stage se déroulera à la DREAL Centre-Val de Loire – 5 avenue Buffon, à Orléans la Source. Il débutera en février ou mars 2020 (à discuter avec la personne retenue).

Encadrement :
Il sera co-assuré par Francis Olivereau, chef de l’Unité Connaissance et Préservation de la Biodiversité, et François Micheau, chargé de mission biodiversité au sein de l’unité, avec l’appui de Florient Desmoulins du CBNBP. Outre les autres agents de l’unité de la DREAL, d’autres experts régionaux seront également associés.

Rémunération :
Le stage fait l’objet d’une rémunération selon les conditions prévues par la circulaire du 23 juillet 2009 (NOR : BCFF0917352C).

Modalités de candidature

Merci d’adresser vos candidatures (CV et lettre de motivation, accompagnés si possible des rapports précédemment produits / envoi de documents possible par lien wetransfer ou équivalent) au plus tard le 15 janvier 2020 au soir, par mail, à l’adresse suivante :
stagebiodiv-centre@developpement-durable.gouv.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *