Chevelures fleuries de dames de la cour des Tang

Voyage ethnobotanique : à la découverte des chevelures fleuries de dames de la cour des Tang en Chine.

Les femmes de la dynastie Tang

Tang_Dynasty,_sancai_pottery,_woman_figurine
Figurine trichrome dans le style de Yang Yuhuan – par Gary Lee Todd, © CC BY-SA 4.0

La dynastie Tang (618-907) est une dynastie majeure de l’histoire de Chine. Pendant cette période, « l’empire chinois connut une période de prospérité et un rayonnement culturel considérable », dixit Wikipedia dans l’article consacré aux Tang. Cette période de l’histoire de Chine est connue pour le cosmopolitisme de sa capitale, Chang’an (l’actuelle Xi’an), pour la poésie classique qui atteint alors son apogée, pour la richesse de sa gastronomie et pour la beauté de ses femmes.

La plus célèbre des femmes de l’époque Tang est sans nul doute la concubine impériale Yang (杨贵妃 [yáng guìfēi]), nommée Yang Yuhuan (杨玉环 [yáng yùhuán]). Mais les canons de la beauté étaient alors bien différents de ceux de l’époque actuelle, et les femmes convoitées à l’époque étaient caractérisées par leur silhouette ronde et épanouie. C’est cette silhouette que l’on peut voir dans les statuettes en céramique trichrome de l’époque Tang exposées aujourd’hui dans les musées.

Dames de la cour aux chevelures fleuries

Une autre représentation célèbre des femmes de la dynastie Tang est celle donnée dans le tableau intitulé Dames de la cour aux chevelures fleuries (《簪花仕女图》 [zānhuā shìnǚtú]), attribué à un peintre de l’époque, Zhou Fang (周昉 [zhōu fǎng], fin VIIIe-début IXe s.).

Les fleurs que l’on fiche dans ses cheveux constituent un thème récurrent de l’art et de la poésie chinois. Les poètes les plus fameux avaient l’habitude d’agrémenter leur coiffure de fleurs. Ainsi, Su Shi (苏轼 [sū shì]), plus connu en Occident sous le nom de Su Dongpo (Sou Tong-P’o, 苏东坡 [sū dōngpō]), de l’époque Song, fiche des fleurs dans ses cheveux grisonnants à l’occasion d’une visite au temple de Jixiang où il est allé admirer des pivoines (《吉祥寺赏牡丹》 [jíxiángsì shǎng mǔdān]) :

« Le vieillard ne rougit pas de la fleur qui orne sa chevelure,
C’est la fleur sans doute qui rougit d’être fichée sur la tête du vieillard. »

Dans le même registre, la poétesse Li Qingzhao (李清照 [lǐ qīngzhào]), à l’époque Song également, vieillissante et ennivrée, demande que l’on soit indulgent (《蝶恋花·上巳招亲祖》 [diéliánhuā – shàngsì zhào qīnzú]) :

« Ne vous moquez pas, fleurs, parce que dans mon ivresse j’orne de vous ma chevelure,
Ayez pitié de moi qui, comme le printemps, suis sur mon déclin. »

On pourrait multiplier les exemples à l’infini…

Dans le tableau de Zhou Fang évoqué ci-dessus sont représentées six femmes, dont cinq nobles dont la chevelure est ornée de fleurs. (Ce tableau mesure 180 cm de long sur 46 cm de haut, il est conservé aujourd’hui au Musée provincial du Liaoning.)

Zhou_Fang._Court_Ladies_Wearing_Flowered_Headdresses._(46x180)_Liaoning_Provincial_Museum,_Shenyang.
Zhou Fang, Dames de la cour à la chevelure ornée de fleurs, Musée provincial du Liaoning – image du domaine public, illustrant l’article en chinois que Wikipedia consacre à ce tableau.

La première dame à partir de la gauche est coiffée d’un haut chignon agrémenté d’une fleur de pivoine arbustive (牡丹花 [mǔdānhuā], Paeonia suffruticosa).

pivoine
Dame à la pivoine

La deuxième jeune femme, représentée en retrait, a la chevelure ornée d’une fleur de pommier asiatique (Malus spectabilis, 海棠花 [hǎitánghuā]).

pommier
Dame à la fleur de pommier asiatique

C’est une fleur de lotus (Nelumbo nucifera, 荷花 [héhuā]) que la troisième dame, qui se trouve au centre du tableau, a fiché dans sa chevelure.

lotus
Dame à la fleur de lotus

A droite de la dame au lotus, une servante tient un long éventail. Ses cheveux sont retenus par un simple bandeau rouge, mais sur la surface de son éventail est peinte une fleur de pivoine arbustive.

servante
Servante avec éventail orné d’une pivoine

La deuxième dame à partir de la droite porte sur le devant de son chignon une branche avec des pétales rouges. On n’a pas réussi à identifier la fleur à laquelle appartenaient ces pétales.

petales
Dame dont le chignon est orné des pétales d’une fleur inconnue

Enfin, c’est une fleur de pivoine de Chine (Paeonia lactiflora, 芍药花 [sháoyàohuā]) que la première dame à partir de la droite a choisie pour embellir sa coiffure.

pivoine de chine
Dame à la pivoine de Chine

Notons encore pour l’anecdote que les fleurs violettes qui poussent sur la pierre décorative qui se trouve à l’extrême gauche du tableau sont des magnolias à fleurs de lis (Magnolia liliiflora, 辛夷花 [xīnyihuā]).

magniola
Magnolias à fleurs de lis

(Une bonne part des informations données ici provient de l’article en chinois que l’encyclopédie en ligne Baidu consacre à ce tableau.)

Plus d'articles de l'auteur

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *