Missions Flore en Isère

Le printemps approche, c'est le moment de prospecter les milieux naturels, à la recherche de certaines espèces végétales à enjeux!

 

Les Missions Flore

Le dispositif Mission flore permet de répondre aux enjeux communs de préservation et de connaissance de la flore avec la réalisation de sorties thématiques et la collecte de données issues d’observations d’espèces ayant des intérêts naturalistes.

Ces campagnes permettent de répondre aux besoins ciblés des structures naturalistes et de gestion d’espaces naturels dans le cadre des atlas régionaux, pour les plans nationaux, mais aussi dans le cadre de politiques de conservation locales. Les données récoltées pourront participer à la mise en place d’actions de protection et/ou à améliorer les connaissances sur la distribution des plantes étudiées.

De février à avril : 2 missions flore sont de saison !

Mission 1, Nivéole de printemps

Avis de recherche sur la nivéole de printemps (Leucojum vernum) !

La Nivéole du printemps s’installe souvent en grandes populations dans des sous-bois de feuillus (le plus souvent en hêtraies) ou des pâturages en lisière de bois, de la plaine à l’étage montagnard. Elle exige des milieux frais, souvent humides, au sol profond, sur substrat calcaire.

Attention à ne pas la confondre avec :
La Nivéole d’été (Leucojum aestivum L.) qui est généralement deux fois plus grande et dont l’inflorescence est composée de fleurs semblables à celles de la Nivéole du printemps mais groupées par trois à sept.

Le Perce-neige (Galanthus nivalis L.) qui présente des feuilles d’un vert bleuté et dont les tépales sont dissemblables : les trois extérieurs sont entièrement blancs, plus ou moins écartés, longs d’environ 2 cm ; les trois intérieurs, blancs également mais deux fois plus courts, ont leurs extrémités rapprochées, échancrées et munies d’une tache verte.

leucojum_vernum
Leucojum vernum

Bien avant le muguet, la nivéole de printemps fleurit dans les bois. Découvrez cette fleur symbolique de la fin de l’hiver avec La Salamandre.

Mission 2, Orchis géant

Avis de recherche sur l’orchis géant (Himantoglossum robertianum) !

Cette grande orchidée mesure jusqu’à 90cm. Ses fleurs sont associées en épi dense de 8 à 20 cm de long, regroupant 20 à 60 fleurs dont les inférieures sont dépassées par de longues bractées. Le labelle à trois lobes est rose à violacé sur les bords avec une partie centrale blanche ponctuée de taches violacées. Le lobe médian du labelle est lui même bilobé.

La plante possède 5 à 10 grandes feuilles ovales ou oblongues, d’un vert jaunâtre. Les feuilles situées à la base de la plante sont rapprochées en rosette.

Cette espèce se rencontre sur les terrains secs, calcaires à neutres, généralement en pleine lumière. Elle fréquente les pelouses, les prairies sèches, les bords de routes et sous-bois clair jusqu’à 800m d’altitude en Rhône-Alpes. Cette plante méditerranéenne est présente du Portugal et du Maroc à l’Anatolie. En France on la retrouve des Pyrénées Orientales aux Alpes-Maritimes et à la Savoie, ainsi qu’en Corse. Elle est présente en Ardèche et dans la Drôme et est apparue depuis peu en Isère où elle continue son expansion.

Himantoglossum robertianum
Himantoglossum robertianum

Vous trouverez toutes les informations liées aux sorties Missions flore de Gentiana sur le site de l’association !

G09-logo-BD-RVB

4 commentaires

  1. Je suis contente de pouvoir vous dire que j’ai ces petites merveilles bien fleuries en ce moment… très en avance et chaque année plus nombreuses.
    Je suis dans la Drôme et semblent préférer les terrains calcaires favorables à la vigne.
    C’est un plaisir de les avoir vues,s’ouvrir sur un tapis de feuilles de mes chênes, a côté de violettes blanches et mauves .( Peut-être un peu moins hautes cette année.)
    On aimerait en faire un bouquet ? Ces orchis sauvages sont-elles encore protégées ?
    Le réchauffement climatique semble ne pas les importuner ?
    Pour votre travail, merci. J.V.

    1. Bonjour,
      La Nivéole s’installe souvent dans des sous-bois de feuillus ou des patûrages en lisière de bois. Elle exige des milieux frais, souvent humides, au sol profond et riche en terre fine, sur substrat calcaire.
      Il arrive parfois de les trouver sur des sols pas particulièrement calcaire…
      Son statut de protection interdit la cueillette.
      Les principales menaces sont la cueillette, et les modifications du couvert forestier (déboisement ou enrésinement)
      Bien cordialement,
      Antoine Briffaud – Gentiana

  2. Justement, j’ai rencontré des étendues localisées de nivéoles de printemps et des orchis géants, le 1er mars lors d’une promenade à Candillargue (34), sur la rive nord de l’étang du Méjean (zone protégée), c’est-à-dire pas dans le contexte décrit ici : il s’agit clairement de zone humide, principalement faite de sansouires et roselières. La nivéole poussait en troupe au milieu de roselières (!), et l’orchis géant (que l’on appelle aussi « Barlie ») éparpillé sur un talus ensoleillé bordant une roubine (petit canal d’eau saumâtre). Il n’y a là qu’une faible épaisseur de sol non salé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *