Vu sur la toile #49

Découvrez les articles, vidéos et podcasts qui ont attiré notre attention ces dernières semaines. À la une cette semaine : "Votez pour élire l'arbre européen de l'année 2020", un article à lire sur GEO.
beech-tree-396699_1920
Image par Richard Woollett de Pixabay

"Votez pour élire l'arbre européen de l'année 2020", un article de GEO

« Depuis le 1er février, les votes sont ouverts sur internet pour élire l’arbre européen de l’année 2020 parmi seize candidatures. Cette année, c’est un magnifique hêtre de la commune de Sorèze dont l’âge est estimé à 450 ans qui représentera la France.

Un peuplier russe, un chêne espagnol ou un châtaignier portugais… Un an après la victoire de l’amandier des monts enneigés de Pecs en Hongrie, qui sera élu arbre européen de l’année 2020 ? C’est à vous de décider. Depuis le 1er février, les internautes ont la possibilité de voter en ligne sur le site Treeoftheyear.org parmi les candidatures proposées pour cette 10e édition.

La compétition de l’arbre européen de l’année est organisée chaque année depuis 2011 par l’Environmental Partnership Association (EPA). Et elle ne cesse de prendre de l’ampleur. Alors que cinq pays participaient à l’initiative lors de son lancement, en 2020, seize pays ont soumis une candidature parmi lesquels l’Irlande et l’Italie.

Comme chaque année, l’objectif de ce concours n’est pas de sacrer l’arbre le plus beau. Ni le plus âgé. Non, il s’agit de récompenser l’arbre dont l’histoire est la plus captivante. En 2019, l’amandier hongrois avait ainsi recueilli plus de 45.000 voix grâce à la symbolique associée à sa floraison printanière qui ravit depuis 135 ans les visiteurs de l’église de la Sainte Vierge des neiges devant laquelle il se tient.

Un hêtre majestueux, candidat français

Pour cette nouvelle édition, c’est le hêtre commun de Sorèze en Occitanie qui représentera la France. Avec un âge estimé à 450 ans, ce Fagus sylvatica est le plus vieil arbre du massif de la montagne Noire. Et il a vu défiler l’histoire sous ses branches qui culminent à 25 mètres de haut et surplombent notamment les ruines d’une chapelle préromane.

Après avoir réuni quelque 7.500 votes, l’arbre majestueux a remporté le prix du public de l’arbre français de l’année 2019 organisé par le magazine Terre Sauvage et l’Office national des forêts. Un titre qui lui a donc ouvert les portes de l’évènement européen. Mais la concurrence est de taille avec les quinze autres candidatures qui ont tous remporté des concours nationaux.

Parmi les participations, figurent ainsi le plus vieux chêne à trois pieds du monde en Espagne âgé de 1.200 ans, un peuplier solitaire qui aurait été planté par un moine bouddhiste au XXe siècle au milieu de la steppe russe, un pin sylvestre de 350 ans souvenir d’un village noyé en République tchèque ou encore un sapin légendaire de 1.000 ans trônant au coeur de la Transylvanie roumaine »

Extrait de l’article sur GEO

Tous les articles botaniques du moment

Les Vu sur la toile précédents

  • Vu sur la toile #48

    Découvrez les articles, vidéos et podcasts qui ont attiré notre attention ces dernières semaines. À la une cette semaine : "Floraison anticipée : l'hiver particulièrement doux menace-t-il les plantes ?" …
  • Vu sur la toile #47

    Découvrez les articles, vidéos et podcasts qui ont attiré notre attention ces dernières semaines. À la une cette semaine : "Phytothérapie : les myrtilles ont-elles vraiment des bienfaits ?", un …
  • Vu sur la toile #46

    Découvrez les articles, vidéos et podcasts qui ont attiré notre attention ces dernières semaines. À la une cette semaine : "Réserves biologiques ou microforêts, deux alternatives à l’exploitation forestière", un …

1 commentaire

  1. J’ai été intrigué par l’annonce « 150 000 illustrations de faune et de flore à télécharger gratuitement, une actualité de Idboox ». En fait, Idboox se contente de relayer une info de BHL qui a mis ces illustrations sur FlickR. Mais tout ça se fait plus ou moins automatiquement, et est difficile à utiliser.

    Bon, mais comment s’y retrouver quand on cherche une espèce précise ? Il n’y a pas de mystère : il faut identifier les illustrations une par une. Car la plupart donnent un nom scientifique obsolète, voire pré-linnéen. Et pour cela, il faut accéder au texte, donc directement sur BHL.

    Récemment, j’ai demandé si quelqu’un avait pensé à lister les illustrations de la Flore médicale des Antilles de Decourtilz. Apparemment non. Je suis en train de le faire pour Mattioli (français, 1572).

    Le mieux est de reprendre ces illustrations, de les toiletter et de les mettre sur Wikimedia Commons avec les bonnes identifications. Cela demande du temps, mais est indispensable si l’on veut ensuite les retrouver.

    C’est ce que je fais quotidiennement sur Pl@ntUse, où vous trouverez une page Iconographie où je liste toutes les séries d’illustrations déjà disponibles sur Wikimedia Commons et ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *