Comment progresser en phytosociologie ?

De la Phytosociologie Synusiale Intégrée (PSI) pour les nuls, aux stages proposés par Les Écologistes de l’Euzière (en collaboration avec Tela Botanica), en passant par la communauté des telabotanistes phytosociologues : nous vous donnons les clés pour vous initier et progresser dans cette discipline.

 

Découvrir cette discipline

L’un des concepts centraux de la phytosociologie synusiale repose sur la définition des synusies végétales. Les synusies sont des communautés biologiques très homogènes du point de vue de leur structure et de leur écologie. Elles regroupent des organismes de différentes espèces qui partagent à un moment donné un habitat relativement homogène vis-à-vis de leurs modes d’occupation de l’espace et d’utilisation des ressources. Découvrez cette discipline grâce à l’article suivant, paru en 2019 dans la Garance Voyageuse :

Pour en savoir plus sur la phytosociologie, vous pouvez également parcourir la page d’introduction de la phytosociologie présente sur le site Internet de Tela Botanica, dans la rubrique Thématique.

Stages PSI de niveau débutant et intermédiaire

Les Écologistes de l’Euzière, en collaboration avec Tela Botanica, organise un stage d’initiation à la Phytosociologie Synusiale Intégrée du 4 au 7 mai 2020, ainsi qu’une formation pour analyser les relevés de terrain du 21 au 24 septembre 2020, pour les plus aguerris. Ces formations sont encadrées par Philippe Julve, enseignant-chercheur en écologie à l’Université Catholique de Lille.

Stage d’initiation : Objectif de la formation d’initiation du 4 au 7 mai 2020 :

  • Avoir une vision claire de la PSI et de son utilité dans l’analyse, la compréhension et la gestion des milieux naturels anthropisés
  • S’approprier les outils techniques et les concepts opérationnels

Formation avancée : Objectif de la formation analyser les relevés de terrain du 21 au 24 septembre 2020 (pour des personnes ayant de bonnes connaissances en phytosociologie) :

  • Étudier la phase synthétique en phytosociologie et plus largement en biocénologie.
  • Comparer des relevés entre eux, sont-ils semblables ou différents ?
  • Reconnaître des unités phytosociologiques ou zoocénologiques.
  • Individualiser de nouveaux syntaxons et savoir les nommer.
  • Analyser la signification écologique, dynamique et chorologique des espèces. et dégager des ensembles caractéristiques ou différentiels de différents milieux.
  • Analyser et synthétiser de gros ensembles de données.

Tarifs

> Professionnels : 280 €/jour (hors frais d’hébergement et de restauration)
> Adhérents, chômeurs, étudiants : 100 € / jour (hors frais d’hébergement et de restauration)

Pour en savoir plus et retrouver l’ensemble des formations à la botanique, l’ornithologie, les mares, l’animation… proposée par les Écologistes de l’Euzière :

La communauté PSI

Philippe Julve, coordinateur de l’espace d’échanges et de partages « Phytosociologie », souhaite interagir avec des personnes intéressées par cette discipline pour échanger des connaissances et faire grandir le réseau des phytosociologues. Le but de son projet est de mettre en ligne les tableaux originaux de description des associations végétales. Depuis sa création en 2002, le projet s’est élargit et le forum de cet espace est actif.

Ce projet vous plaît et vous avez envie de vous y impliquer ?

Rien de plus simple, il vous suffit de vous y inscrire et de rejoindre le forum pour échanger avec des telabotanistes intéressés par cette discipline. Vous avez également la possibilité de scanner des documents et de compiler des tableaux originaux que vous pourrez mettre en ligne dans la partie “Documents” de l’espace projet.

  • Zoom sur un projet : Phytosociologie

    Ce jeudi nous vous présentons le premier article d'une nouvelle chronique, “Zoom sur un projet”. Partez à la découverte du projet initié par Philippe Julve, un telabotaniste passionné par la …

3 commentaires

    1. Il s’agit je pense, d’après mes propres souvenirs, de concepts mathématiques. Pour ceux qui sont allés jusqu’en terminales, on a dû essayer de vous apprendre à calculer une « intégrale ». Si vous avez usé vos culottes sur les bancs de la fac, les expressions « modèle discret » « test d’homogénéité statistique » vous rappelleront peut-être quelques lointains souvenirs de vos cours de statistiques appliquées à la biologie.
      Cela fait une bonne dizaine d’années que tous les étudiants en biologie apprennent à utiliser le logiciel R qui permet d’analyser un ensemble de relevés de végétations.
      La meilleure référence :
      Gestion des habitats naturels et biodiversité de Jan Bernard BOUZILLE, publié en 2007 aux éditions Tech et Doc.
      ISBN: 9782743009878
      D’autres manuels existent, plus ou moins verbieux et d’un abord difficile car NON ECRITS PAR DES PEDAGOGUES DE METIER à la base, comme c’est le cas pour M. BOUZILLE qui a d’abord été enseignant avant d’être chercheur alors que les autres ont d’abord été chercheurs avant d’être enseignants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *