Entraînez-vous à identifier les plantes messicoles depuis chez vous ! #BotaChezMoi

Exercez-vous en vous amusant avec le jeu The Plant Game et l'entraînement spécial "Observatoire des Messicoles" ! Afin de patienter jusqu'aux futures observations, jouez à reconnaître ces belles des champs depuis chez vous !
Orlaya grandiflora (L.) Hoffm. (bdtfx) par Jean-Jacques HOUDRÉ
Orlaya grandiflora (L.) Hoffm. (bdtfx) par Jean-Jacques HOUDRÉ

«The Plant Game» quèsaco ?

The Plant Game est un jeu développé par l’Inria dans le cadre du projet d’investissement d’avenir Floris’tic, il vous permettra :

  • de vous perfectionner en botanique tout en vous amusant.
  • de participer à un projet de science participative de grande ampleur sur la biodiversité.

La règle est simple : le jeu vous propose plusieurs photos d’une plante dont il vous faut retrouver le nom parmi plusieurs propositions.

tpg

L’un des objectifs de l’Observatoire des Messicoles est de permettre aux participants d’apprendre à reconnaître les espèces messicoles (habitantes des moissons) pour pouvoir les recenser. Nous avons donc décidé de créer un entraînement spécial du jeu The Plant Game qui vous permet de devenir incollable sur les espèces de l’Observatoire des Messicoles !

Comment participer ?

Pour jouer et s’entraîner c’est facile :

Voici un tutoriel qui a été développé dans le cadre du MOOC Botanique pour expliquer comment se déroulent les entraînements The Plant Game :

#BotaChezMoi

Dans le contexte actuel, chacun d’entre passe pas mal de temps à la maison. Tela Botanica se joint à l’effort collectif et diffuse une série d’articles « La botanique à la maison » pour continuer à pratiquer la botanique et explorer le monde des plantes depuis chez vous ! Nous sommes aussi présents sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter avec le hasthag #BotaChezMoi pour vous proposer des activités et des ressources en botanique.

1 commentaire

  1. Logiquement, en floristique on suit une référence de détermination explicitée par une liste de caractères morphologiques (au moins ceux déjà connus dans la littérature). Sur le tutoriel ci-dessus, par ex. les premières photos montrent des fleurs ayant probablement au moins en partie 6 E (un peu flou) et à jeunes siliques du même niveau que les fleurs juste à l’anthèse, à P de longueur c. 1 1/2 S : ce qui correspond à un intermédiaire morphologique entre Cardamine hirsuta et Cardamine flexuosa en suivant certaines références de détermination. Il y a d’autres caractères morphologiques distinctifs, par exemple, en se basant sur la Flore de Coste qui est souvent citée sur Tela Botanica (bien qu’il existe de nombreuses Flores Françaises plus rigoureuses à de nombreux titres ou plus illustrées), Cardamine hirsuta a un système racinaire pivotant ; l’intermédiaire a en plus des couronnes de racines adventives à l’insertion des feuilles basales. Cardamine hirsuta s.s. est pour moi une plante de pelouses plus ou moins calcaires qui fleurit de décembre à février dans le Massif Armoricain ; aux mois de mars et avril, c’est l’intermédiaire que je vois, par ex. dans les lieux cultivés.
    Concernant la morphologie comparée de la flore arvale (ou mauvaises herbes des cultures) du Massif Armoricain, j’ai quelques centaines de tableaux comparatifs d’adultes fertiles, voire en phase uniquement végétative ou des plantules (stade cotylédons) sur ma page web « dc.plantouz ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *