Vu sur la toile #61

Découvrez les articles, vidéos et podcasts qui ont attiré notre attention ces dernières semaines. À la une cette semaine : "Quand la forme du noyau communique le stress chez les plantes !", une actualité du CNRS.
Arabidopsis thaliana (L.) Heynh. [1842] par Sauvages du Roannais

À la une : "Quand la forme du noyau communique le stress chez les plantes !", une actualité du CNRS

« Les plantes ont développé de nombreuses stratégies pour s’adapter à leur environnement. Dans une étude interdisciplinaire publiée dans la revue Current Biology, des chercheurs ont montré que le noyau de la cellule devient plus dense et plus rigide en réponse à la sécheresse. Cette réponse, qui implique un régulateur de l’enveloppe nucléaire, et conduit à une forte expression de gènes qui confère à la plante une résistance au stress.

La cellule de plante comme toute cellule eucaryote est capable de percevoir les signaux environnementaux et de transmettre l’information au noyau pour induire une réponse adaptée. Jusqu’à présent, cette réponse au niveau du noyau n’avait été abordée qu’au niveau de l’expression de gènes (contrôle épigénétique, transcription de gènes).

Dans le cadre d’une collaboration interdisciplinaire, initiée par un projet « défi du CNRS MECANOBIO » impliquant deux instituts du CNRS (INSIS et INSB), les chercheurs ont étudié la réponse à un stress hyper-osmotique chez la plante modèle Arabidopsis thaliana. Ce stress, induit par le sel ou le sucre, mime le stress physiologique subi en cas de sècheresse. En visualisant un marqueur de l’enveloppe nucléaire par imagerie du vivant, ils ont montré que le noyau des cellules racinaires change de forme lors du stress. Grâce à l’utilisation de techniques physiques, comme la micro-rhéométrie, les chercheurs ont pu évaluer les propriétés mécaniques du noyau, qui devient plus rigide et compact dans ces conditions. Cette réponse est associée à l’induction de gènes mécano-sensibles permettant à la plante de résister au stress, notamment en modifiant leur paroi cellulaire.

Toutes ces réponses étant réversibles, le noyau se comporte ici comme un rhéostat mécanique. La petite protéine multifonctionnelle GIP/MZT1, localisée à l’enveloppe nucléaire, régule négativement ces réponses : sa déficience entraîne une réponse permanente au stress hyper-osmotique. De ce fait, les noyaux dans les cellules mutantes ont déjà acquis la compétence de s’adapter au stress et confèrent aux plantes une plus grande résistance au stress hyper-osmotique, ce qui limite, notamment, les effets de sénescence au niveau de leur système foliaire.

Ces résultats ouvrent une nouvelle voie de recherche sur le rôle de l’enveloppe nucléaire dans la perception des contraintes environnementales et permettent de mieux comprendre comment les plantes résistent au stress hydrique. »

Article issu du site du CNRS

Tous les articles botaniques du moment

Tour d’horizon des articles, podcasts et vidéos glanés sur la toile par Tela Botanica autour des thématiques botanique et biodiversité :

Les Vu sur la toile précédents

  • Vu sur la toile #60

    Découvrez les articles, vidéos et podcasts qui ont attiré notre attention ces dernières semaines. À la une cette semaine : "Le labelle et la bête, ou comment les orchidées trompent …
  • Vu sur la toile #59

    Découvrez les articles, vidéos et podcasts qui ont attiré notre attention ces dernières semaines. À la une cette semaine : "Le sens du toucher des plantes étudié pour les protéger …
  • Vu sur la toile #58

    Découvrez les articles, vidéos et podcasts qui ont attiré notre attention ces dernières semaines. À la une cette semaine : "Découvrez les 5 plus grandes forêts du monde" sur Futura …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *