Le genre Veronica, description, histoire, usages et anecdotes surprenantes

Venez découvrir dans ce document les véroniques, ainsi que leur aspect historique et ethnobotanique, plus de nombreuses autres anecdotes. Vous ne regarderez plus comme avant ces délicates petites fleurs bleues.

Plantes angiospermes dicotylédones de la famille des plantaginacées, il est un groupe de plantes qui passe souvent inaperçues : les véroniques. Et pourtant elles sont parmi les premières à ajouter un peu de couleur à nos paysages dès la fin de l’hiver.

Par Gilles Weiskircher
Botaniste mycologue à l’association naturaliste Alsace Bossue (ANAB)

9 commentaires

  1. Excellente synthèse d’un amoureux des véroniques !

    Dommage que l’auteur n’ait pas poussé ses recherches historiques et philologiques comme il l’a fait pour les autres domaines.

    Chez Pline (25, 84), uettonica connue chez les Gaulois serait la bétoine Betonica officinalis.. mais chez Dioscoride (4.2), brettanikê serait Rumex aquaticus ! En tout cas, rien sur la véronique, qui est inconnue des auteurs grecs et latins.

    Par ailleurs, Véronique ou Veronica est le nom d’une sainte qui apparaît au VIIIe et se popularise au XVe. Elle est inconnue des Evangiles, qui appellent la sainte femme hemorrhoissa.

    Veronica vient du macédonien Berenikê, « qui porte la victoire », qui a aussi été latinisé en Berenice. Par étymologie populaire au XIIIe, il a été perçu comme signifiant vera icon, la vraie image, par référence à l’image du Christ.

    Le premier botaniste a avoir utilisé ce nom semble être Fuchs, De historia stirpium 168, 1542 : De Veronica. cap. LIX. Vulgus autem herbariorum hodie Veronicam, Germani Erenbreiß oder Grundheyl / ob mirificam sanandi ulcera & vulnera facultatem nominant. [Le vulgaire des herbiers l’appelle aujourd’hui Veronica… qui aurait la faculté merveilleuse de soigner les ulcères et les blessures]. Mais on doit pouvoir trouver le nom dans des herbiers antérieurs.

    Pour Fuchs, ce serait donc un nom populaire des apothicaires de la fin du Moyen-Age.

    1. Bonjour,
      Je vous remercie pour votre commentaire. Comme vous le soulignez avec justesse, les aspects philologiques et historiques ont été peu traités dans cette synthèse. Ces points ne manqueront pas d’être amendés dans une version ultérieure.
      Merci pour vos compléments bien utiles.
      Cordialement,
      Gilles Weiskircher

  2. André MABILON
    Botaniste simplement amateur, j’ai toujours cru que les véroniques faisaient partie de la famille des Scrofularinées. Quelle ne fut pas ma surprise en apprenant que maintenant elle fait partie de la famille du plantin !

    1. Pour être précis, il vaudrait mieux dire que Veronica et Plantago font partie de la même famlille, et que celle-ci porte le nom validement publié le plus ancien, à savoir Plantaginaceae.

      Je vous recommande de lire une synthèse récente sur la classification des plantes, car c’est loin d’être le seul changement. Vous sources semblent bien anciennes, car on n’écrit plus Scrofularinées depuis longtemps, mais Scrophulariacées ou Scrophulariaceae.

      Savez-vous par exemple que la betterave est maintenant une Amaranthaceae ? Et les érables des Sapindaceae ?

    2. Bonjour,
      Je vous remercie de votre commentaire. Vous soulignez avec justesse toute la difficulté de la nomenclature qui est en constante évolution. C’est une caractéristique de la science d’être en continuelle évolution à participe à une meilleure connaissance du vivant.
      Cordialement,
      Gilles Weiskirher

    1. Apparemment, il s’agit bien de plantes alimentaires, pas médicinales… Avec les néo-usages, on peut s’attendre à tout ! Cette même semaine, Tela Botanica rend compte d’une émission de France Info où Vianney dit que 80% des 6000 espèces de la flore de France sont comestibles…

    2. Bonjour,
      Je vous remercie pour votre commentaire. Je ne connaissais pas ce type de vente. Cette information est à exploiter pour investiguer l’usage préconisé.
      Cordialement,
      Gilles Weiskircher

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *