Atlas biogéographique de la flore de Corse

LIVRE/ Un Atlas biogéographique de la flore de Corse est attendu depuis de longues années. En effet, cet ouvrage collectif, présenté par le Conservatoire Botanique National de Corse, service de l'Office de l'Environnement de la Corse, est un recueil ambitieux qui retranscrit près de 20 ans d’expertises, de bibliographie, de travail d’équipe, de rencontres et de collaborations ; soit environ 400 000 données et 400 observateurs.

La flore est un patrimoine naturel commun à tous, parfois difficile à appréhender. Face à l’érosion globale de la biodiversité, il était urgent de faire une synthèse à l’échelle de la Corse permettant de faire un bilan des connaissances relatif aux végétaux les plus emblématiques de ce territoire insulaire. Inventaires, cartographies et suivis des espèces menacées sont plus que jamais d’actualité. La conservation et la protection de la flore ne peuvent se faire sans leur compréhension et leur prise en compte par les différents acteurs de la société. Le Conservatoire Botanique National de Corse s’efforce de transmettre les éléments dont il dispose afin que la conservation devienne l’affaire de tous. Cet ouvrage en est un témoignage et il permettra, nous l’espérons, de faciliter la reconnaissance de ce patrimoine végétal.

La Corse est pour les végétaux à la fois un carrefour biogéographique, un refuge historique et une zone d’émergence de nouvelles espèces. Nombreuses sont les plantes présentées qui ne sont ni rares ni menacées mais qui ont un intérêt important à l’échelle biogéographique voire une aire de répartition réduite, parmi lesquelles un grand nombre d’espèces endémiques, propres à l’île.

Cet ouvrage met en avant plus de 500 espèces et, en complément des ouvrages existants, dresse un état des lieux précis et inédit sur la répartition de cette flore souvent unique, pour laquelle la Corse a une responsabilité de conservation de tout premier plan.

De plus, afin de permettre à tout à chacun de pouvoir connaitre un peu mieux sa commune, il est possible de consulter la liste des trésors que recèle chaque commune de Corse.

Nous espérons modestement que chacun à son niveau trouvera matière à réflexion et que nous contribuerons ainsi au respect et à la préservation de ce patrimoine naturel si riche.

L'auteur

Conservatoire Botanique National de Corse, service de l'Office de l'Environnement de la Corse

Informations pratiques

Titre de l'ouvrage : Atlas biogéographique de la flore de Corse
Auteur(s) : Conservatoire Botanique National de Corse / Office de l'Environnement de la Corse
Éditions : Albiana date de publication : 16 novembre 2020
Nombre de pages : 608 pages ; format : 24 x 32 cm
ISBN : 9782824110738
Prix indicatif : 39 €

Comment se procurer l'ouvrage ?

https://www.albiana.fr/flore-faune-et-mineraux-milieux-naturels/1787-atlas-biogeographique-de-la-flore-de-corse-flore-faune-et-mineraux-milieux-naturels.html

6 commentaires

  1. J’ai essayé de chercher en vain l’organigramme du CBN de Corse. Encore une exception insulaire ?, j’ai vérifié que ce type d’info est disponible pour tous les autres structures homologuées CBN. Ou c’est moi qui ne suis pas à la page. Je pensais que c’était obligatoire pour toute structure qui a des contrats avec le Ministère de l’Ecologie (bureau d’études et structure associatives). Je constate que certains BE qui affichaient jadis leur organigramme ne le font plus. Est-ce une pratique qui s’est installée car il n’y a en pratique personne pour sanctionner les contrevenants qui ne font objectivement rien de mal ?

    1. Vous avez réussi à trouver un organigramme pour tout les CBN ? Je suis curieux de savoir comment car j’ai essayé au hasard avec le CBNM, et rien.

      Si vous chercher la liste des membres au sein d’un CBN, il suffit de consulter l’annuaire des CBN depuis la FCBN. De plus, chaque CBN à un fonctionnement administratif différent (certain sont des asso, d’autres dépendent de parc nationaux…) et avoir un agrément du Ministère ne signifie pas être avoir des « contrats » avec le Ministère.

      Concernant les membres d’un conseil scientifique, je pense que vous mélangez un peu tout… Dans un conseil scientifique, les membres bénévoles sont nommés en fonction de leur expertise scientifique, et ont aucune obligation à vivre sur le territoire en question. C’est d’ailleurs plutôt bon signe de la qualité des experts d’avoir des membres issues de divers horizons.

      Concernant l’embauche des locaux dans une région donnée, je doute que c’est une volonté des entreprises en environnements de ne recruter que de gens extérieurs… Peut-être tout simplement que les locaux qui postulent ne sont pas suffisant compétent par rapport aux autres candidatures ? 😉

  2. La liste des membres du Conseil scientifique du CBN de Corse est consultable sur leur site officiel. Je conseille aux télébotanistes de la consulter, c’est particulièrement instructif. Je suis particulièrement touché par ce problème, j’habite en région Centre où les gens qui sont employés dans l’écologie viennent de toutes les régions de France, alors qu’on n’emploie pas les locaux, même qualitifés, qui doivent se contenter d’être bénévoles.

  3. Instructif de quoi ? vous pensez qu’il y a beaucoup d’insulaires qui font des études de botanique ? Bota, ce n’est ni droit ni médecine, tout le monde s’en tape.
    Et on nomme au conseil scientifique des experts, donc qui bossent en universités. Vous connaissez un labo de bota en Corse, faisant dans la systématique ?

    1. Donc on n’aura pas la composition de l’équipe des botanistes du CBN de Corse puisque le CBN méditerranéen s’en passe. En voilà un argument scientifique.

      Effectivement, vous avez raison, cela fait partie des structures pour lesquelles la composition de l’équipe était consultable il y a quelques années. Ce n’est pas une exception.

      Le botaniste incompétent vous propose une solution constructive. Pourquoi ne pas faire un lien vers un PDF à pages multiples présentant un extrait de l’ouvrage avec la page des remerciements où sont listés tous les participants, professionnels comme bénévoles. Une façon de leur dédier cette publication et de rendre hommage à leur contribution.

  4. J’ai vu un reportage sur France 3 il y a peut-être 15 jours, qui a fait une large place au CBN de Corse. Un mystérieux botaniste portant à l’oreille un joint de compagnon présentait le Genêt de l’Etna. Ceux qui regardaient le reportage avec moi m’ont demandé si je connaissais les botanistes qui intervenaient dans le reportage. Je suis encore une fois passé pour un incompétent en avouant que je découvrais tout cela en même temps qu’eux. Une visite sur le site du CBN de Corse ne m’en a pas appris plus. Ce n’est que sur une vidéo postée il y a 16 heures sur youtube que j’ai découvert le nom du mystérieux botaniste. Quelques jours auparavant, j’avais vu un documentaire historique cette fois où intervenait un universitaire anglais qui portait lui aussi à l’oreille le joint des compagnons. Il s’agit d’un grand anneau, signe de reconnaissance qui n’a rien à vous avec les bijoux ou piercing des teufeurs. Le grand-père de ma grand-mère en portait un, il était compagnon chapelier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *