Publication d’une synthèse sur le suivi participatif de la flore du Parc national des Cévennes, à travers la plateforme Pl@ntNet

C'est dans le cadre des préparatifs de l'évènement Fiesta Botanica, que la mise en place du "micro-projet Pl@ntNet Cévennes" s'est organisée. Un article en libre accès de la revue "Carnets botaniques", éditée par la Société Botanique d'Occitanie, fait le point sur cette réalisation collective.

La toute nouvelle revue « Carnets Botaniques« , initiée par la Société Botanique d’Occitanie vient de publier une première analyse sur la mise en œuvre d’un micro-projet Pl@ntNet, à l’échelle du Parc National des Cévennes. Ce travail, dans la continuité des collaborations développées entre le consortium Pl@ntNet et les réserves et parcs français, permet de découvrir la méthodologie mise en œuvre et les premiers résultats obtenus.

C’est à l’occasion des préparatifs de l’évènement Fiesta Botanica (reporté au 21-23 Mai 2021), que les membres du comité d’organisation ont discuté de l’opportunité de mettre en place un projet du suivi participatif de la flore cévenole. Quelques mois plus tard (en juin 2020), le micro-projet « Pl@ntNet-Cevennes » prenait naissance. Ce travail, impliquant plusieurs organismes de recherche et d’enseignement aux côtés du Parc National des Cévennes, a permis de poser les bases d’une nouvelle forme de recensement des plantes, en impliquant habitants, professionnels et visiteur, à l’échelle d’un parc national français. La synthèse réalisée et publiée dans « Carnets Botaniques », permet de connaitre avec précision le volume d’observations produites, le nombre d’espèces couvertes, la liste des plantes les plus observées, etc. Ce travail a également permis de mettre en évidence l’intérêt pour l’amélioration des performances d’identification, de la mise en place d’un tel micro-projet. Le gain pour l’identification d’une espèce par analyse visuelle automatisée, est ainsi de plus de 15% entre un participant non-géolocalisé et un autre géo-localisé dans le périmètre de ce micro-projet.

Ce travail, qui a bénéficié d’un soutien européen dans le cadre du projet H2020 Cos4Cloud, ouvre de nouvelles perspectives pour le suivi des espèces végétales. Malgré des biais inhérents à la mobilisation de données dites « opportunistes », ce type de démarche contribue a renforcer une approche nouvelle des relations sciences / sociétés.

Retrouvez tous les détails de cette étude dans l’article en ligne :
Bonnet  P. et al., 2020. Contribution citoyenne au suivi de la flore d’un parc national français, un exemple remarquable à l’échelle du Parc national des Cévennes. Carnets Botaniques, 1-9. DOI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *