logo UMR Biogeco

Stage : Durabilité et vulnérabilité aux changements globaux des bois urbains

L'UMR Biogeco, INRAE Université de Bordeaux, propose un stage de 6 mois (mars-août 2021) pour un élève ingénieur ou master, pour participer à une étude visant à évaluer la biodiversité et la vulnérabilité aux changements globaux de la forêt urbaine de Bordeaux Métropole.

Contexte

La forêt urbaine est définie comme l’assemblage de tous les arbres à l’intérieur des limites de la ville, des arbres isolés aux jardins, parcs et bois Elle est aujourd’hui fortement présentée comme un outil central pour faire face aux problèmes de changement climatique dans les villes [3] ou déjà rendue publique comme la solution dans la presse régulière (Le Figaro 22 juillet 2019, Libération 26 juillet 2019). Cependant, des lacunes sont identifiées dans la connaissance de la composition et de la structure des forêts urbaines par rapport aux services qu’elles rendent à l’homme.

Dans les zones urbaines, les changements globaux entraîneront une aggravation des risques environnementaux par rapport aux zones non urbaines (vagues de chaleur, sécheresse, tempêtes, perte de biodiversité, augmentation de la pollution, etc.). Ainsi, l’écologisation ou le verdissement des villes est de plus en plus considérée comme une partie de la solution pour lutter contre certains de ces effets et améliorer la biodiversité et le bien-être des populations. Toutefois, si des « transitions forestières » doivent se produire dans les zones urbaines, il convient de tenir compte de leur déploiement : l’écologie, la résistance ou la résilience aux stress environnementaux de la forêt urbaine elle-même, ses fonctions et services pour les villes, mais aussi la diversité, les compromis et les changements dans les discours et les idées qui les façonnent et les rendent possibles.

Le stage sera consacré à l’évaluation de la durabilité et vulnérabilité potentielles des bois urbains face aux changements globaux, en particulier face à la sécheresse et aux invasions biologiques.

Missions

L’Université de Bordeaux est propriétaire gestionnaire du site de l’Observatoire de Floirac d’une surface de 14ha sur lequel se trouve un parc arboré et un bois urbain, principalement dominé par du chêne, mais où le robinier faux-acacia, espèce exotique envahissante, se développe.

L’objectif du stage de master sera de dresser un premier état des lieux de la diversité arborée de ce domaine, d’évaluer le rôle actuel des arbres exotiques (arbres exotiques non-invasifs et invasifs, espèces ligneuses horticoles), de caractériser la durabilité du boisement en quantifiant la régénération forestière pour évaluer la dynamique forestière future et en caractérisant la résistance à la sécheresse des principales espèces.

Dans la zone du parc, nous procéderons à un inventaire géoréférencé des arbres adultes (espèce, diamètre).

Le bois (5.94 ha) sera analysé par placettes unitaires de 400 m2 (20 * 20 m). Les 10 placettes seront réparties entre les 5 zones de types de structure forestière identifiés au préalable (Riboulet 2017) : sur chaque placette, une analyse dendrométrique sera menée, permettant l’analyse des arbres adultes – inventoriés et mesurés – et de la régénération – évaluée par comptage sur trois quadrats de 1 m2 (espèce, densité) par placette.

A partir de la liste des espèces, nous identifierons en utilisant la bibliographie, le niveau de résistance aux contraintes climatiques (stress hydrique, canicule) des arbres du domaine. Des mesures complémentaires au laboratoire (vulnérabilité à la cavitation) permettront de caractériser des principales espèces présentes. Nous focaliserons l’étude sur la vulnérabilité foliaire à partir de mesures optiques (OV) car la perte des feuilles en période de stress estival indiquerait non seulement une vulnérabilité des espèces d’arbres, mais limiterait aussi le service de rafraîchissement (cooling effect) attendu par les arbres en zone urbaine.

L’analyse du bois sera complétée par la mise en œuvre d’un protocole similaire et allégé sur 4 autres bois urbains de la Métropole de Bordeaux.

Ce travail sera valorisé par la mise à disposition des données écologiques récoltées, et par la réalisation d’un poster de communication à destination des visiteurs de l’Observatoire. En fonction des résultats obtenus, une publication scientifique sera envisagée.

Compétences acquises durant le stage :

  • Mise en place d’un protocole d’échantillonnage de végétation
  • Inventaire spatialisé avec utilisation GPS et SIG
  • Techniques écophysiologiques (potentiel hydrique, vulnérabilité à la cavitation)
  • Analyses graphiques, analyses d’images (ImageJ)
  • Analyses statistiques (R)
  • Présentation et restitution des résultats

 

Alternative – analyse de risque :

En cas de confinement strict, s’il s’avère impossible d’aller sur le terrain ou au laboratoire, le stage sera modifié et maintenu si l’étudiant(e), ses référents Formation et son encadrant à INRAE sont d’accord.

La proposition de modification consisterait à travailler en distanciel sur l’analyse de données disponibles au sein de l’UMR Biogeco et qui correspondent à des inventaires spatialisés des arbres du domaine public de la Métropole de Bordeaux. Les objectifs seront alors d’analyser la diversité de la forêt urbaine, en terme de composition et répartition spatiale, en identifiant le rôle des espèces exotiques, invasives et non-invasives, les zones vertes et non vertes de la métropole pour proposer des modifications des pratiques de gestion. Des analyses de photographies permettront aussi d’analyser la vulnérabilité des arbres à la sécheresse par quantification des modifications de couleur du feuillage et des défoliations.

Les détails exacts du stage alternatif seront définis si la situation empêche la réalisation de tout ou partie du programme initial.

Profil recherché

  • Formation recherchée : étudiant(e) master, ingénieur ou césure
  • Domaine : écologie, écophysiologie, foresterie, environnement, agronomie ou agriculture
  • Goût pour la recherche de terrain, au laboratoire

Poste et conditions

Le stage se déroulera sur 6 mois, entre Mars 2021 et Août 2021, au sein de l’UMR BIOGECO, INRAE –Université de Bordeaux, dans les locaux de l’Université de Bordeaux (Bat B2 allée G St Hilaire 33600 Pessac).

L’étudiant(e) travaillera au sein d’une équipe associant chercheurs, techniciens et stagiaires (licence).

Il sera rémunéré au tarif actuel légal, environ 570 euros par mois.

Modalités de candidature

CV et lettre de motivation à envoyer par email à Annabel Porté d’ici fin décembre 2020

annabel.porte(at)u-bordeaux.fr

 

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *