Arbre à fleurs d’orchidée sur le mont Bokor, Cambodge

Faisons connaissance avec l'une des fleurs d'agrément les plus appréciées des Cambodgiens : la fleur « sabot de bœuf »

Pendant les années 1960, l’une des destinations de prédilection des Phnompenhois pour leurs escapades en fin de semaine était le mont Bokor (ភ្នំបូកគោ [phnom bôk-kô], « ancienne station climatique française (… ) située sur une falaise à mille mètres d’altitude (… ) au sud du Cambodge à l’ouest de la ville de Kampot », dixit Wikipedia.

A partir de 1962, le prince Norodom Sihanouk y avait fait aménager une résidence royale, et le Bokor Palace Hotel accueillait les Cambodgiens les plus fortunés. Le site avait été abandonné en 1972, lorsque les Khmers Rouges s’étaient emparés de ce lieu stratégique.

La reconstruction du site a commencé en 2008, et le mont Bokor est désormais rouvert au public. Les Cambodgiens apprécient le microclimat frais de ce lieu d’altitude et viennent nombreux, en fin de semaine ou pendant les congés, pique-niquer sur place et admirer, avec nostalgie, la vue de l’île désormais vietnamienne de Phu Quoc (en khmer Koh Tral កោះត្រល់), éloignée seulement de 13 km des côtes cambodgiennes.

Le Bokor Palace Hotel rénové

C’est sur le parking du nouvel hôtel Thansur Bokor Higland Resort, inauguré en 2012, que nous avons eu l’occasion d’observer les jolies fleurs mauves de l’arbre à fleurs d’orchidée (Bauhinia variegata), espèce d’agrément fort appréciée des Cambodgiens, qui la désignent sous le nom de « sabot de bœuf » (ជើងគោ [chœung kô]). C’est la silhouette des feuilles, qui imite parfaitement la trace d’un sabot de bœuf sur du sable humide, qui est à l’origine du nom de l’espèce.

Fleurs et feuilles de « sabot de bœuf »

Il s’agit d’un petit arbre, qui peut atteindre une hauteur de 15 mètres, originaire d’Inde et de Birmanie. Certaines variétés portent encore des fleurs blanches ou roses. Elles produisent un parfum subtil, fort apprécié.

Outre ses qualités ornementales, l’espèce a également d’autres usages. Il s’agit d’une plante médicinale : à partir de toutes les parties de la plante, on peut préparer des décoctions utilisées pour soigner la dysenterie. L’écorce est employée pour guérir certaines blessures, et peut également être transformée pour produire une teinture brune. D’après le Dictionnaire des Plantes utilisées au Cambodge de Pauline Dy Phon et la Flore photographique du Cambodge de Mathieu Leti et al., la fleur peut être consommée en beignets, mais peut-être s’agit-il d’une spécialité provinciale, car les Phnompenhois que nous avons interrogés ont déclaré tout ignorer de ces beignets. Enfin, le bois, assez résistant, peut servir à fabriquer des outils agricoles.

Branches de l’arbre à fleurs d’orchidée, devant l’hôtel Thansur Bokor

 

Un article en khmer publié sur le site vietnamien VOV World explique en outre que cette fleur a une importance particulière pour les ethnies minoritaires Thai et Tay, qui vivent dans le nord-ouest du Vietnam. La fleur de B. variegata, qui s’épanouit au printemps, symbolise l’amour et la pureté des jeunes filles des deux ethnies. Elle est également liée à plusieurs contes locaux. Enfin, les jeunes feuilles, les fleurs, les jeunes fruits et même le cœur entrent dans la composition de différentes préparations culinaires.

NB : Toutes les photos qui illustrent le présent billet ont été prises par l’auteur sur le mont Bokor le 9 janvier 2021.

6 commentaires

  1. Bonjour, merci pour cet article dépaysant ! Nous conservons une jolie variété de Bauhinias, « arbre à orchidées » (sic pour une légumineuse mais l’idée est jolie !) au Jardin des Serres d’Auteuil à Paris 75 016. Pour le sud américain B. forficata, appelé là bas « Pata de vaca » (tiens tiens !), on signale ses propriétés anti-diabétiques et son usage sous forme d’une sorte de « thé de Bauhinia »

  2. Bonjour, il y a un Bauhinia mauve dans le parc où je travaille. Ainsi je peux l’admirer toute l’année. Lors des floraisons massives, il dégage également un parfum suave agréable qui n’est pas mentionné dans l’article. En Nouvelle-Calédonie où plusieurs variétés ont été introduites, le Bauhinia est localement surnommé « arbre de Judée » (peut-être une confusion ?). Il est à ma connaissance utilisé uniquement comme arbre d’ornement, je suis donc très intéressé par ses autres propriétés. La variété blanche est envahissante, capable de réitérer par les racines de surface en plus de la haute fertilité des graines. Les variétés mauves que j’ai observées semblent plutôt stériles (pas de fruit en formation non plus sur les photos de l’article). Peut-être Issa poura-t-elle me renseigner puisqu’elle les cultive. Dernière chose : les photos publiées semblent avoir été prises en fin de floraison et rendent un hommage un peu dévalorisé par rapport à la beauté saisissante d’un arbre bien fleuri. Merci pour l’article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *