Une nouvelle carte de la végétation pour le Parc naturel régional du Pilat

Le Conservatoire botanique national du Massif central diffuse une nouvelle cartographie de la végétation du Parc naturel régional du Pilat.

Dans le cadre du programme CarHAB porté par le Ministère de la transition écologique et solidaire depuis 2011, le CBN Massif central s’est investi aux côtés de l’État, de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) et d’organismes de recherche (CNRS, MNHN, CEREMA, IRSTEA, universités de Clermont, Saint-Étienne et Rennes) pour améliorer la connaissance de la végétation, des habitats naturels et semi-naturels et de leur répartition en France, à l’aide d’une nouvelle méthode d’étude et de cartographie s’inspirant de la phytosociologie paysagère*.

À terme, ce programme national permettra aux décideurs de mieux prendre en compte le patrimoine végétal dans les politiques territoriales et les projets d’aménagement mais aussi répondre aux grands enjeux relatifs à la biodiversité et aux changements globaux.

En 2015, grâce aux financements de l’Office français pour la Biodiversité et du Ministère de la transition écologique et solidaire et à une collaboration avec l’Université Jean-Monnet de Saint-Étienne (Laboratoire EVS ISTHME) et l’IGN, le Conservatoire botanique national du Massif central et le Parc naturel régional du Pilat ont contribué au programme CarHAB à travers un test méthodologique visant l’inventaire cartographique des végétations du territoire du Pilat.

Deux nouvelles cartes

Ces travaux, qui font suite à ceux conduits sur le territoire du Parc naturel régional Livradois-Forez et publiés en juin 2018, ont donné lieu à la réalisation en 2020 de deux nouvelles cartes de la végétation de ce territoire.

La première carte illustre la physionomie des végétations réellement observées. Elle permet de visualiser la répartition des différents types de végétation (prairies, forêts, tourbières…) sur le territoire et constitue une mise à jour d’une première carte des végétations réalisée en 2004, à l’aide de technologies bien différentes de celles disponibles aujourd’hui.

La seconde carte représente les séries de végétation potentielle, c’est à dire l’ensemble des végétations qui se succéderaient (des stades pionniers aux stades mâtures) et s’exprimeraient naturellement sans perturbations ni activités humaines en chaque endroit du territoire, selon les conditions écologiques en place. Il est ainsi possible de savoir, sur une localité précise, si le stade d’évolution ultime de la végétation (en cas d’abandon total, par exemple) correspond à une Hêtraie-Chênaie à Luzule des bois et Chêne sessile ou à une Pinède à Genêt purgatif et Pin sylvestre… Elle permet, selon la connaissance de la géologie, du relief et du climat de « deviner » les différents types de végétation présents, qu’ils s’agissent de sols nus, de prairies ou de vieilles forêts…

Accompagnées par une notice détaillée, ces représentations cartographiques, disponibles en ligne sur carto.parc-naturel-pilat.fr et sur notre site, ci-après, sont issues du traitement de 4,5 millions d’informations calibrées et homogènes, qui peuvent être transmises à toute structure qui en fait expressément la demande.

Outre leurs intérêts scientifiques, en particulier dans la connaissance de la biodiversité végétale du Pilat, ces données peuvent également contribuer à un développement local et durable du territoire en s’appuyant sur les richesses naturelles identifiées et leurs potentiels économiques exprimés ou non (résilience face au changement climatique, activités agricoles, sylvicoles, horticoles et de cueillette…).

Ces travaux ont permis d’affiner la méthodologie du programme CarHAB en vue de son déploiement à l’échelle nationale d’ici 2025. À cet égard, le Conservatoire botanique contribuera, en 2021, à la réalisation de la carte de la végétation des départements du Puy-de-Dôme et de la Haute-Loire.

* La phytosociologie paysagère, quésaco ? La phytosociologie paysagère consiste à décrire les ensembles de végétations qui composent chaque paysage d’un territoire ou secteur homogène, en s’intéressant aux conditions écologiques qui les façonnent (sol, climat, relief…), à leur trajectoire dynamique (succession des stades d’évolution de la végétation sur un même lieu : prairie > friche > forêt…), ainsi qu’à leur organisation géographique.

Téléchargements

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *