Les népenthès du Cambodge

Les plantes du genre Nepenthes sont des plantes à urnes carnivores dont environ 130 espèces ont été répertoriées à ce jour. On les trouve sur une vaste aire qui s’étend sur une bonne partie de la zone tropicale de l’Océan Pacifique. Au Cambodge, on a identifié cinq espèces de ce genre.

Les plantes du genre Nepenthes sont des plantes à urnes carnivores dont environ 130 espèces ont été répertoriées à ce jour. On les trouve sur une vaste aire qui s’étend sur une bonne partie de la zone tropicale de l’Océan Pacifique. Au Cambodge, on a identifié cinq espèce de ce genre.

Dans un article publié le 11 juillet 2021, le quotidien cambodgien de langue anglaise The Phnom Penh Post relayait un appel lancé par le porte-parole du Ministère cambodgien de l’Environnement aux touristes, en leur demandant instamment de ne pas cueillir et de préserver les plantes sauvages, et notamment les plantes du genre Nepenthes (បំពង់ក្រឡោម [bâm-pung krâ-laom], « cylindre-urne » ou បំពង់លុក [bâm-pung luk], ou encore បំពង់ស្រមោច  [bâm-pung srâ-maoch], « cylindre à fourmis »), dont cinq espèces ont été identifiées au Cambodge.

Les népenthès font parties des plantes carnivores passives : ils possèdent des ascidies(note) munies d’un couvercle les protégeant de la pluie. L’article en français que Wikipedia consacre au genre Nepenthes explique que « la partie supérieure de l’urne comporte une couche de cire épicuticulaire… Au contact des pattes d’insecte, cette cire se transforme en une pâte amorphe qui déstabilise l’insecte et le fait glisser vers la partie digestive. » Au fond de l’urne se trouve un peu de liquide dans lequel se noient les fourmis ou insectes qui y ont glissé. La plante digère ensuite les insectes ainsi capturés.

Les espèces de népenthès présentes au Cambodge se rencontrent à l’état sauvage surtout dans la région du mont Bokor et de Kampot (zone littorale au sud du pays), dans la Chaîne des Cardamomes (ouest du pays) et à Kirirom (province de Kampong Speu, à l’ouest et au sud-ouest de Phnom Penh). Faisons succinctement connaissance avec les cinq népenthès cambodgiens (toutes les images qui illustrent le présent article viennent de Wikipedia) :

1. N. bokorensis (បំពង់ស្រមោចបូកគោ, « tube à fourmis du Bokor ») : comme son nom, qu’il soit binomial ou khmer, l’indique, N. bokorensis se trouve sur le mont Bokor, dans la province de Kampot (sud du Cambodge). Le mont Bokor étant une destination touristique très populaire, les népenthès qu’on peut y rencontrer sont tout particulièrement exposés à la cueillette sauvage ;

Nepenthes_bokorensis_upper

2. N. holdenii (បំពង់ស្រមោចពោធិ៍សាត់, « tube à fourmis de Pursat ») : cette espèce se rencontre dans la Chaîne des Cardamomes ;

Nepenthes_holdenii_lower_pitcher

3. N. kampotiana (បំពង់ស្រាមោចកំពត, « tube à fourmis de Kampot »), doit son qualificatif au fait que l’espèce a été identifiée pour la première fois dans la région de la ville de Kampot. D’après Mathieu Leti et al., la plante entière est utilisée contre les calculs rénaux, le diabète, les gastrites, les hépatites et l’hypertension ;

Nepenthes_kampotiana2

4. N. mirabilis (បំពង់ស្លោម « tube tombant », ou បំពង់ក្លោម) : d’après le site cambodgien Sokhakrom, qui reprend les données présentes dans une série d’ouvrages publié par le Ministère cambodgien de la Santé et consacrée aux plantes médicinales khmères, la plante entière de cette espèce est utilisée pour soigner les rhumes, les calculs urinaires, la toux, la coqueluche, l’hypertension, le diabète… (voir ici) ;

Nepenthes mirabilis

5. N. smilesii (បំពងស្រមោច, « tube à fourmis ») (syn. Nepenthes anamensis) : d’après Pauline Dy Phon, cette espèce se rencontre sur les terrains sableux, en forêts secondaires, dans la province de Kampong Thom. On la rencontre également en Thaïlande, dans le sud du Laos et au Vietnam.

Nepenthes_smilesii_pitchers

Remarquons que Pauline Dy Phon ajoute à sa liste l’espèce N. thorelii, mais il semble qu’il y ait une confusion avec N. holdenii, car N. thorelii ne se trouve apparemment qu’au Vietnam. (Une page web donne la liste des espèces du genre Nepenthes présentes en Indochine, voir ici.)

Les végétaux du genre Nepenthes se trouvent presque tous, comme l’a fait remarquer le porte-parole du Ministère de l’Écologie, dans l’Annexe II de la Convention sur le Commerce International des Espèces (CITES), qui « est la liste des espèces qui, bien que n’étant pas nécessairement menacées actuellement d’extinction, pourraient le devenir si le commerce de leurs spécimens n’était pas étroitement contrôlé ».

Cependant, au Cambodge, outre les usages médicinaux, les tiges des népenthès sont utilisées en vannerie pour tresser de grands paniers. Les ascidies elles-mêmes sont même utilisées, de façon anecdotique, pour confectionner des gâteaux de farine de riz glutineux et crème de coco. La vidéo ci-dessous montre comment ces gâteaux sont préparés (vers 1:45, vous pourrez voir la préparation de la crème de coco à partir de chair de coco grattée et d’eau ; vers 3:25, de la farine de riz est ajoutée à la crème de coco) :

Note : Ascidie (définition du CNRTL) : l’ascidie est un « organe ayant la forme d’un récipient, parfois muni d’un opercule, et situé à l’extrémité des feuilles de certains végétaux ».

Bibliographie :

Ry Sochan, « Official: Protect rare pitcher plants », The Phnom Penh Post (à lire en ligne ici)

Article Nepenthes sur Wikipedia

Pauline Dy Phon, Dictionnaire des plantes utilisées au Cambodge, Phnom Penh, 2000

Mathieu Leti et. al., Flore photographique du Cambodge, Editions Privat, 2013

Pour l’Annexe II de la CITES, voir ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *