logo ENGEES

Stage : Renouée du Japon & méthodes de contrôle : méta-analyse des retours d’expérience et tests en laboratoire

L'École Nationale du Génie de l'Eau et de l'Environnement de Strasbourg (ENGEES) et le laboratoire Image Ville Environnement (UMR 7362 CNRS LIVE) en collaboration avec la Collectivité européenne d'Alsace (CeA) proposent un stage de 6 mois pour réaliser des travaux de recherche sur les méthodes de contrôle de la renouée du Japon.

Contexte

Les renouées asiatiques font partie des espèces végétales exotiques envahissantes les plus préoccupantes ; leurs impacts sur la biodiversité ainsi que sur la santé environnementale des écosystèmes sont désormais largement démontrés. Leur présence et leur caractère envahissant entraînent des enjeux forts d’actions de gestion, d’entretien ou de restauration écologique. Pourtant, les méthodes de contrôle restent aujourd’hui encore peu efficaces et aucune ne semble faire consensus.

Dans ce contexte, nous proposons de faire un état de l’art des méthodes de gestion qui ont déjà été éprouvées, par un examen de la littérature et l’entretien avec des acteurs de ces questions. Nous souhaitons ensuite tester de nouvelles approches fondamentales basées sur la compétition inter-spécifique mettant en jeu des processus allélopathiques. Les travaux de recherches proposés pour développer cette approche et tester sa durabilité soutiennent l’hypothèse que nous pouvons modifier le filtre biotique qui conditionne l’implantation puis la prolifération des espèces végétales dans un milieu récepteur. Il est envisagé pour cela d’utiliser la chimie naturelle des plantes et leur performance anti-germinative pour structurer les communautés locales et les rendre moins perméables à la prolifération des renouées. L’allélopathie consiste en une libération naturelle par les plantes de substances biochimiques qui leur sont propres et qui modifient le milieu en influençant la germination, la croissance, la survie et la reproduction des espèces voisines. Cette approche pourrait devenir un élément pivot d’une stratégie préventive de l’invasion mais également permettre de développer des moyens de contrôle pour la gestion de milieux naturels déjà envahis.

Missions

Les missions sont les suivantes :

  • Réaliser une méta-analyse des méthodes de gestion qui ont déjà été éprouvées, par un examen de la littérature scientifique & grise – et l’entretien avec des acteurs de ces questions (analyse de données).
  • Clarifier la variabilité génétique des renouées asiatiques (biologie moléculaire).
  • Tester de nouvelles approches fondamentales basées sur la compétition inter-spécifique mettant en jeu des processus allélopathiques ou de lutte biologique (biochimie).

Profil recherché

Étudiant ou étudiante en M2 ou en école d’ingénieur :

  • Fortement motivé(e) par les enjeux de biodiversité (invasions biologiques, analyses de risques & prévention) ; bonne compréhension des problématiques de gestion
  • Aime la recherche appliquée ou à portée opérationnelle – souhaite s’orienter vers ce domaine
  • Connaissances en écologie générale, physiologie végétale/chimie des plantes/génétique
  • Travail de laboratoire & phases de terrain – savoir-être/Savoir-faire en laboratoire et travail expérimental sont un plus
  • Bon niveau en anglais
  • Profil autonome & rigoureux recherché

Poste et conditions

Localisé à Strasbourg (ENGEES/LIVE/Institut de botanique) – Démarrage à partir de février/mars.

Modalités de candidature

Transmettre dans les meilleurs délais un CV et une lettre de motivation à l’adresse suivante : cybill.staentzel@engees.unistra.fr (Enseignante-chercheure en écologie des milieux aquatiques)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.