logo OFB

Un⋅e chargé⋅e de projets Espèces exotiques envahissantes pour l’OFB

L'Office français de la biodiversité (OFB) recherche un.e chargé.e de projets en CDD de 8 mois pour travailler sur la thématique des Espèces exotiques envahissantes (EEE).

Contexte

L’Office français de la biodiversité (OFB) est né le 1er janvier 2020. Ce nouvel établissement public, placé sous la tutelle des ministres chargés de l’environnement et de l’agriculture, a été créé pour protéger et restaurer la biodiversité. Il intègre les missions, les périmètres d’intervention et les 2 800 agents de l’Agence française pour la biodiversité (AFB) et de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).

Il contribue, s’agissant des milieux terrestres, aquatiques et marins, à la surveillance, la préservation, la gestion et la restauration de la biodiversité ainsi qu’à la gestion équilibrée et durable de l’eau en coordination avec la politique nationale de lutte contre le réchauffement climatique (loi n°2019-773 du 24 juillet).

Pour remplir ses missions, l’Office s’appuie sur des équipes pluridisciplinaires (inspecteurs de l’environnement, ingénieurs, vétérinaires, techniciens, personnels administratifs, etc.) réparties sur tout le territoire national. Il est organisé de façon matricielle pour prendre en compte tous les milieux, en transversalité, selon une articulation à trois niveaux :

  • une échelle nationale où se définissent et se pilotent la politique et la stratégie de l’OFB (directions et délégations nationales) ;
  • une échelle régionale où s’exercent la coordination et la déclinaison territoriale (directions régionales) ;
  • des échelons départementaux et locaux, de mise en œuvre opérationnelle et spécifique (services départementaux, antennes de façade, parcs naturels marins, etc.).

La Direction de la Recherche et de l’Appui Scientifique (DRAS) est l’une des deux directions « connaissance » de l’OFB, en charge de la recherche et de l’expertise sur les espèces, sur les milieux, sur leurs fonctionnalités et sur leurs usages, ainsi que sur les risques sanitaires en lien avec la faune sauvage. Elle est composée de cinq services dont le Service Conservation et Gestion des Espèces à Enjeux (SEE). Ce service est en charge entre autres du développement scientifique d’outils et de dispositifs nécessaires à la mise en œuvre des politiques publiques de protection et de restauration de la biodiversité animale et végétale des milieux terrestres et aquatiques en métropole comme dans les outre-mers. Il effectue des études, des expertises et des recherches en propre, en coopération ou en mobilisation d’autres structures publiques ou privées, sur les espèces protégées, vulnérables et envahissantes. Il apporte également son appui aux autres activités de l’OFB comme l’information des parties prenantes et la sensibilisation du grand public.

L’OFB est engagé dans un partenariat européen Biodiversa+ suite à un appel d’offres de la Commission européenne en 2021 (« European partnership rescuing biodiversity to safeguard life on Earth »). Ce partenariat est financé par le programme cadre Horizon Europe HORIZON-CL6-2021-BIODIV-02-01. Il rassemble 75 partenaires de 37 pays principalement européens. La coordination est assurée par la Politique scientifique fédérale (BELSPO) en Belgique et la Fondation pour la Recherche Scientifique (FRB) en France.

L’OFB est engagé dans le partenariat sur le package 2 « Promouvoir et soutenir la surveillance transnationale de la biodiversité » et a la responsabilité de la tâche 2.1 « Définir des priorités partagées, une couverture adéquate et des indicateurs pour la surveillance de la biodiversité pour mieux correspondre aux besoins de recherche, de la société et des politiques publiques », de la sous-tâche 2.1.1 « Préciser les priorités et besoins pour un couverture adéquate de la surveillance pour mieux correspondre aux besoins de recherche, de la société et des politiques publiques », et de la sous-tâche 2.2.1 « Harmoniser les protocoles opérationnels et les méthodes d’inventaires entres les régions et les pays ». Le budget de l’OFB sur ce projet est d’environ 4 millions d’euros, se répartissant entre la valorisation du travail actuellement effectué sur la surveillance de la biodiversité terrestre et marine, et la mise en place de projets spécifiques reliés au partenariat.

Dans ce cadre, l’OFB participe à une étude pilote lancée en 2023 par Biodiversa+ sur la surveillance semi-automatisée des espèces exotiques envahissantes (EEE). Cette étude engage 10 partenaires actifs à travers l’Europe, sous la coordination du Ministère de l’Environnement du Danemark. Elle vise à évaluer la faisabilité, les retombées et les difficultés pratiques d’un déploiement de caméras mobiles et de pièges à photos semi-automatisés pour la détection d’EEE chez les plantes terrestres et les insectes nocturnes, en particulier le long des infrastructures routières. L’OFB a la charge d’implémenter cette étude à l’échelle nationale en coordination avec ses partenaires européens, et d’en rapporter les résultats et retours d’expérience au Ministère de l’Environnement du Danemark.

Missions

La personne titulaire prend en charge l’implémentation et le déploiement des dispositifs choisis en amont par le coordinateur de l’étude et les partenaires européens. En pratique, la mission principale concerne la surveillance des plantes terrestres et requiert une expertise botanique ; le dispositif de surveillance des insectes nocturnes est adossé à celui des plantes terrestres et requiert un niveau minimal d’expertise entomologique. La mission est déclinée selon les axes suivants :

  • Mettre en œuvre le dispositif de surveillance des plantes terrestres le long du réseau routier par le biais d’une caméra montée sur un véhicule et effectuer les parcours réguliers de surveillance ;
  • Mettre en œuvre le dispositif de surveillance des insectes nocturnes le long du réseau routier par le biais de pièges à photos fixes et effectuer les parcours réguliers de surveillance ;
  • Coordonner et animer le réseau de contributeurs à l’échelle nationale : notamment les Directions interdépartementales des routes (DIR), les Conservatoires botaniques nationaux (CBN), le Ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires (MTECT) pour le volet plantes terrestres ; le groupe de travail d’identification (via le réseau Oreina) pour le volet insectes nocturnes ;
  • Contribuer aux échanges avec le coordinateur et les partenaires européens : réunions, formations, webinaires, etc.
  • Mener une réflexion sur une mise en routine du protocole de surveillance semi-automatisée des EEE, mais aussi sur l’utilisation des résultats de cette surveillance avec une chaîne d’action à établir post-surveillance : identifier les obstacles et opportunités, évaluer les budgets et les activités à mener ;
  • Mener une réflexion sur les déploiements possibles de ces dispositifs de surveillance dans d’autres situations : voies ferrées, espaces verts, autres espèces, etc.

 

Activités principales :

Module plantes terrestres :

  • Finalisation du choix des tronçons et des espèces
  • Terrain : parcours des tronçons choisis en véhicule pour la surveillance des plantes terrestres
  • Identification des plantes terrestres (terrain + photos), contribution au développement de nouvelles technologies de photo-interprétation avec annotation des images
  • Constitution d’une base de données, remontée des résultats et coordination de l’étude avec le Ministère de l’Environnement du Danemark
  • Animation du réseau impliqué dans le volet plantes de l’étude pilote
  • Élaboration d’un cahier des charges pour déployer et valoriser le dispositif (mise en routine et plan de gestion)

Module insectes nocturnes :

  • Finalisation du choix des sites et des espèces
  • Terrain : mise en place des pièges à photos sur les sites choisis pour la surveillance des insectes nocturnes, collecte de données environnementales avoisinantes
  • Suivi et animation du groupe de travail pour l’identification des insectes nocturnes, contribution au développement de nouvelles technologies de photo-interprétation avec annotation des images
  • Formation pour l’initiation à l’identification des insectes nocturnes possible
  • Constitution d’une base de données, remontée des résultats et coordination de l’étude avec le Ministère de l’Environnement du Danemark

Livrables :

  • Analyse des tests et des résultats de détection des EEE par le dispositif
  • Note de synthèse sur la mise en routine opérationnelle du protocole de surveillance semi-automatisée des EEE (notamment plantes terrestres et insectes nocturnes) (travail à mener en étroite relation avec le MTECT, la Fédération des CBN et le Cerema)
  • Note de synthèse sur un plan de gestion des plantes recensées, a minima sur le réseau routier national (travail à mener en étroite relation avec le MTECT, la Fédération des CBN et le Cerema)

Profil recherché

Diplômes – Formation – Expérience :

  • Être titulaire a minima d’un diplôme de niveau BAC +5 (ingénieur, master, doctorat) avec un profil en écologie avec expérience naturaliste en botanique.

Connaissances :

  • Maîtrise des principes scientifiques de suivi des espèces et des écosystèmes
  • Connaissances générales en écologie
  • Expertise botanique requise (notamment plantes terrestres)

Savoir-faire opérationnel :

  • Maîtrise de logiciels de géomatique
  • Maîtrise de logiciels de bases de données
  • Maîtrise de l’anglais professionnel indispensable
  • Bonne capacité de rédaction
  • Permis de conduire

Savoir-être professionnel :

  • Capacité d’écoute et de synthèse, travail en équipe
  • Capacité d’adaptation, autonomie
  • Capacité d’organisation, conduite de projets

Poste et conditions

  • Référence : 2023/1192
  • Affectation : Direction de la recherche et de l’appui scientifique
  • Catégorie : A
  • Résidence administrative : Nantes (44)
  • Durée du poste : 8 mois en CDD
  • Poste à pourvoir le : 01/04/2023
  • Date limite de candidature : 19/02/2023

Modalités de candidature

Postuler sur le site de l’OFB

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.