Appel à échantillonnage de poiriers sauvages (printemps et automne)

Participez à la récolte de poiriers sauvages en France pour aider à comprendre sa diversité génétique et participer à sa conservation !

Chers collecteurs et collectrices,

Les ressources génétiques du poirier sauvage européen Pyrus pyraster sont encore peu caractérisées. Nous cherchons donc à mieux comprendre la diversité génétique des poiriers sauvages européens (Pyrus pyraster) en France. Ces résultats auront un impact sur l’évaluation du statut conservatoire de P. pyraster en France et sur la mise en place de stratégies adaptées à sa conservation. Nous cherchons aussi à recenser les populations de Pyrus cordata, et Pyrus spinosa, qui pourraient être des espèces sœurs de Pyrus pyraster.

La première étape de ce projet consiste en une session de recensement et d’échantillonnage des populations (feuilles au printemps et pépins à l’automne) de poirier sauvage (Pyrus pyraster), à l’échelle de la France.

Nous faisons appel à tout volontaire afin de nous aider dans cette récolte d’information et/ou de matériel. Votre aide et votre œil expert nous sont précieux !

Comment participer?

1. Collecter les données

L’échantillonnage consiste en la récolte de populations (1 population = 1 à 30 individus) de poiriers sauvages. Il s’agira de récolter pour chaque population, au moins 3 feuilles par arbre (individu) qui seront ensuite séchées à l’air libre. Pour les fruits, il s’agit de collecter au moins 10 fruits par arbre, mesurer le diamètre des fruits (deux mesures : hauteur sans le pédoncule + largeur), les épépiner et mettre les pépins d’un même arbre dans une même enveloppe.

Chaque individu (enveloppe) sera ensuite répertorié par un numéro/code (au choix) sur l’enveloppe. A noter que les échantillonnages respecterons les règles associées au protocole de Nagoya et au TIRPAA.

2. Enregistrer les données associées aux individus échantillonnés (« codes individus », GPS, lieu, description du site).

Pour chaque site échantillonné, les codes/numéros donnés pour chaque individu seront reportés dans la « fiche de récolte (pyrus_sampling_sheet copy : une fiche par population) ainsi que leur GPS respectifs (ou nom de la localité), et si vous avez eu la possibilité, la mesure des diamètres des poires pourra être rajoutée.

3. Envoyer vos données

Les échantillons recueillis seront envoyés par la poste (avec la fiche de récolte en version papier associée) à l’adresse postale ci dessous (n’oubliez pas de préciser votre adresse mail dans la fiche de récolte pour que nous puissions vous recontacter si besoin, un mail générique pour le projet sera prochainement créé pour nous contacter/envoyer des informations) :

IDEEV
Amandine Hansart et Amandine Cornille
UMR GQE-Le Moulon
12 route 128
91272 Gif-sur-Yvette

Merci beaucoup par avance pour votre aide !!
Botaniquement vôtre,
Amandine CORNILLE

19 commentaires

  1. échantillons POIRIER SAUVAGE

    Bonjour Amandine (s),

    Je suis Cyril Galley, directeur d’un CPIE à Champenoux , nous valorisons, animons et cogérons notamment l’arboretum d’Amance propriété de l’INRAE. Vous aviez déjà, via Pascal Frey administrateur au CPIE et chercheur INRAE et les croqueurs de pommes, récupéré des greffons de pommiers sauvages il y a quelques années.
    Pour le poirier, nous avons 3 pyrus c. et 1 pyrus nivalis. Ils sont dans un environnement semi forestier, origine inconnue (forestière ou des Barres). Merci de m’indiquer si vous êtes intéressés tout de même par ces éventuels échantillons.
    Bien cordialement,
    06 86 89 50 64

  2. Bonjour,
    Il y a dans les haies bocagères qui entourent mon jardin 8000m2 deux poiriers sauvages ( Pyrus communis) qui y sont implantés depuis plus de 30 ans. J’ai photographié les fleurs et les jeunes feuilles de l’un d’entre eux. Je pourrais d’ors et déjà vous faire passer les photos si vous le souhaitez.
    J’habite dans le département de l’Indre à Mers sur Indre 36230.
    Bien cordialement.
    J-P Théodon

  3. Bonjour Amandine,
    Trop content de participer à nouveau à un de tes projets, après ceux sur le pommier sauvage ! Parmi les Pyrus pyraster que j’ai identifiés dans ma région, la plupart sont trop jeunes ou trop à l’ombre pour fructifier : acceptes-tu que je t’envoie des feuilles d’arbres pour lesquels je ne pourrai peut-être pas t’envoyer de pépins ? Ceci dit j’ai réussi cette année à faire germer des pépins d’un vieil arbre, et en ce mois d’avril je repique les pousses qui ont entre 2 et 4 feuilles. Côté botanique cela fait 3 ans que j’identifie les phénotypes du pyraster en me basant sur les publis de Heinrich Werneck et de Viera Paganova. Je pense avoir confirmé les critères d’identification du pyraster et je vais essayer de rédiger une fiche.
    Bien cordialement,
    Jean-Luc, de la vallée du Grésivaudan, en Isère

  4. Seuls les seuls arbres à feuilles petites sont réellement sauvages. Dès que les feuilles dépassent la taille d’une pièce de 2 €, il y a un mélange génétique avec des poiriers cultivés.
    En forêt de Sénart (91), il y en a un certain nombre. J’en ai vu un aussi en forêt de Fontainebleau (77), mais avec certaines feuilles trop grosses.

    1. Bonjour Cyprien,
      Merci beaucoup! Ca nous intérésse si vous pensez qu’il y en a des sauvages, et même des hybrides peuvent être intéréssants pour estimer les niveaux d’hybridation cultivés-sauvages.
      Merci!
      A bientôt!
      Amnadine

    1. Bonjour Gilles!
      Même si vous avez des doutes, vous pouvez toujours nous envoyer les feuilles, la génétique nous dira ce que c’est.
      Merci beaucoup par avance!
      Bonne journée!
      Amandine

  5. Bonjour
    En limite de mon terrain situé 29100 se trouve un vieux poirier sauvage dont mon épouse avait l’habitude de faire avec les fruits quelques pots de confiture…
    Abonné à la revue 4 saisons,j’ai vu votre recherche concernant ce type de poirier et je vais essayer de vous faire parvenir feuilles et pépins.Il y a très peu de fruits cette année à cause d’une nuit un peu trop froide!
    Cordialement
    Inconnu

  6. Bonjour,

    Abonné à la revue 4 Saisons, j’ai vu l’article concernant votre recherche.

    Nous habitons dans le nord de l’Alsace, dans cette région que l’on nomme « Alsace Bossue ».

    Nous avons en bordure de terrain (mais pas sur notre terrain) un fossé creusé pour le drainage de fortes pluie. Le long de ce fossé, avec le temps, différentes espèces ont poussées spontanément.
    Et parmi des merisiers, il y a un poirier dont les feuilles, les fleurs et les fruits ressemblent beaucoup à ceux que vous donnez en exemple.
    Il est actuellement couvert de fruits, les branches les plus fines plient sous le poids.
    A noter, il est atteint, en ce moment, de rouille grillagée du poirier.

    Souhaitez vous des relevés d’échantillons?

    Trés cordialement.

  7. Bonsoir,
    J’habite depuis peu dans la commune de Meyreuil, jouxtant ma propriété et celle du voisin, un poirier que je pense être « naturel » car une rue se dénomme Allée des pérussiers (poirier en provençal) un secteur se dénomme de même, il devait y avoir des poiriers !
    Ce poirier sauvage dit pérussier résiste naturellement au calcaire.
    Ill se situe sur d’anciennes terres agricoles principalement de vignobles, il en reste quelques uns, est-ce que cela vous intéresse ?
    Mme Danièle Guieu 06 19 81 92 92

  8. bonjour après les pommiers les poiriers
    e foret communale de Oberbronn(Alsace) se trouve un poirier sauvage ,j’essayerai de ramasser des fruits et des feuilles car ayant déjà participer à l’étude sur les pommiers
    Demander peut être à l’ONF de contribuer à la collecte ,car en foret nous trouvons beaucoup de sujets
    A+ Guy

  9. Bonjour
    Je possède un petit bois dans le gard ou il y a un très vieux poirier en lisière. Il est creux et n’a de feuilles qu’en extrémité et pas de fruits.
    Les feuilles d’automne vous intéressent ?( il me faudra porter une echelle. )
    Cordialement

  10. Bonjour Amandine
    j’ai eu connaissance de de votre recensement par le magazine des 4 saisons.
    Forestier désormais en retraite j ai souhaité apporter ma contribution . Je connais de nombreux poiriers en plaine et en forêt. Malheureusement cette année il n’y a aucune fructification sur ces arbres.
    Est ce que votre recensement se poursuivra en 2024 ?
    Cordialement
    Patrick

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.