eFlore

L'encyclopédie botanique collaborative
Leucaena leucocephala (Lam.) de Wit par Ans Gorter, licence CC BY-SA

Noms communs

LangueNomGenre et NombreConseil d'emploiNotes
fra Aliboufier Masculin singulier Recommandé ou typique
fra Aliboufier officinal Masculin singulier Recommandé ou typique
ndl Benzoëboom
ita Storace
eng Storax
deu Styrax
ell Αστύρακας Masculin singulier Nicolas DRIMTSIA, Pollen, Athènes 2004, p. 146.
ell Μοσχολίβανο Neutre singulier Nicolas DRIMTSIA, Pollen, Athènes 2004, p. 162.
ell Στερατζιά Féminin singulier Nicolas DRIMTSIA, Pollen, Athènes 2004, p. 170.
ell Στόραξ Masculin singulier Nicolas DRIMTSIA, Pollen, Athènes 2004, p. 171.
ell Στουράκι Neutre singulier Nicolas DRIMTSIA, Pollen, Athènes 2004, p. 171. — LAFRANCHIS, Flowers of Greece (DVD).
ell Στύραξ αρχάνη Masculin singulier Nicolas DRIMTSIA, Pollen, Athènes 2004, p. 171.
ell Στύραξ ο φαρμακευτικός Masculin singulier Vanghelis PAPIOMYTOGLOU, Fleurs sauvages de Grèce, Crète 2006, p. 173. — Vanghelis PAPIOMYTOGLOU, Fleurs sauvages de Crète, Crète 2006, p. 141.
ell Στύραξ του Αρχάνη Masculin singulier
Noms vernaculaires des taxons de la BDTFX par Jean-François LÉGER - 2007. Voir toutes les metadonnées
Noms vernaculaires grecs des taxons de la BDTFX par Pierre SEBA. version 2017. Voir toutes les metadonnées
Proposez vos noms communs et vos étymologies

Statuts

France France (Hors Corse) France (Corse)
Présence Présent Présent Absent
Statut d'introduction Introduit
Référentiel des trachéophytes de France métropolitaine et régions avoisinantes, Benoît Bock & al., version 8.00 du « 26 octobre 2021 ». Voir toutes les metadonnées

Usage selon Pl@ntUse

  • exsude un baume : storax solide
  • ornemental
Plus d'informations sur Pl@ntUse
Pl@ntUse, le wiki sur les plantes utiles et les usages des plantes https://uses.plantnet-project.org/f/index.php?title=Accueil Voir toutes les metadonnées

Usage collaboratif

Participez à la rédaction de ces données ethnobota, un double clic dans le cadre suffit pour compléter ou corriger la page

"Dans un autre ordre d'idée signalons que pendant longtemps les curés
de Belgentier ont brûlé la résine du Styrax dans leur encensoir
tandis que les graines très dures servaient aux moines à
confectionner des chapelets dits « chapelets des
Chartreux ». Enfin récemment encore les branches du Styrax à
ramifications alternes servaient à accrocher les grappes de raisin
que l'on conservait jusqu'au réveillon de Noël. Ces mêmes branches
pouvaient aussi grâce à leur élasticité faire de bons manches de
fouet.
Enfin, contrairement aux dires de certains botanistes, les Styrax
varois fournissaient bien de la résine si l'on en croit GARIDEL qui
affirme à ce sujet « On tire par incision de l'écorce de cet arbre
une résine liquide fort odorante en assez grande quantité » ce que
confirme DUHAMEL du MONCEAU: « J'ai trouvé en Provence... sur de gros
aliboufiers des écoulements assez considérables d'un baume très
odorant. II n'est pas douteux ce me semble que ces aliboufiers ne
fournissent du storax »." JP Risterucci (1980)
Annales SSNA Toulon et Var.

Culture et arts

Participez à la rédaction de ces données ethnobota, un double clic dans le cadre suffit pour compléter ou corriger la page

l'aliboufier (ou styrax) il s'agit d'une acclimatation tardive en Europe
(XVI° siècle dans le Var); son rôle en encens est attesté par Strabon dans la
région de Zerk (on enduisait des boules en argile et en terre de l'exsudat)
et par Pline qui indique que les Arabes s'en servaient pour chasser les
seprents des maquis odoriférants avant la récolte de leurs propres encens pour
la période romaine. L'exsudat était utilisé par les moines dans la chartreuse
de Montrieux (Var) et également aux environs de Rome au XVI°siècle, mais
essentiellement pour ses vertus médicinales; un produit storax était utilisé
dans les rites de l'église d'Orient en Turquie et dans la zone égenne, mais il
est difficile de savoir s'il s'agissait précisément du produit du styrax ou du
Liquidambar orientalis. Le styrax ne produit pas (?plus) d'exsudat en
Palestine où il est très fréquent, ni en Europe depuis le XVIII° siècle (en
tout cas il n'en est nulle part fait mention depuis cette époque).
En poursuivant votre navigation sur tela-botanica.org, vous acceptez le dépôt de cookies sur votre terminal et l'utilisation de ceux-ci à des fins statistiques.
En savoir plus