Description


Générale

Description de Maurice Reille
(issue de l'ouvrage "IMAGES
DE QUELQUES ARBRES ET ARBUSTES
COMMUNS EN LOZÈRE et ailleurs,
Connaissance et reconnaissances")

Le sorbier domestique
Cormier
Sorbus domestica L.
Famille des Rosacées

Rare en Lozère à l'état spontané, dans les chênaies de chênes pubescents, le
cormier se rencontre un peu partout planté autour des habitations. C'est un arbre
au tronc droit qui peut dépasser 15 m, à écorce noirâtre, souvent découpée
en plaquettes rectangulaires (4). Ses feuilles, comme celles du sorbier des oiseleurs
sont composées. Il y a de 10 à 20 paires de folioles à bords dentés et une
foliole terminale (5, 7). Les fleurs, en bouquets terminaux rappellent celles de
l'alisier blanc (5, 6). Les anthères des étamines sont rouges (6). Les fruits ou
sorbes ou cormes, joliment colorés ont la forme de petites poires (7, 8). Dans
cet état ils sont immangeables à cause de leur sévère astringence. Il faut attendre
leur blettissement qui colore leur peau en brun avant de pouvoir les
consommer. Elles ont alors une saveur agréable, un peu acidulée. C'est son bois
précieux qui fait du cormier un arbre remarquable. C'est un bois dur et lourd,
brun foncé (densité 0,8 à 0,93) remarquablement homogène qui a servi à faire
les meilleurs outils en bois et les socles des rabots à moulures de belle qualité
(9). Les graveurs sur bois l'apprécient plus que tout autre ainsi que les tourneurs
pour son poli de marbre. On en fait des crosses de fusils.

Identification


Biblio


Ecologie


Nomenclature


Ethnobotanique


Noms Communs


Usage


Culture et arts


Repartition