Pages ayant un lien vers la page courante :
EnCours
JardinBotanique
MFR
ParFamille
SentierClavaryValcluse
SentierDeLirac
SentierTeyran
VieuxSahune


Fiche simplifiée Smart'flore


Chêne pubescent

Quercus pubescens (Fagacées)

Description

Ce chêne appartient à la famille des Fagacées (qui comprend le genre des chênes, mais aussi les hêtres et les châtaigniers), il y aurait plus de 400 espèces différentes de chêne !
Le chêne pubescent mesure entre 10 et 25 m de haut. Dans le Périgord, on l'appelle parfois chêne noir en raison de son écorce sombre grise-noire. L'appellation « pubescent » vient du fait que ses feuilles lobées sont pubescentes en dessous : c'est-à-dire qu'on y trouve des petits poils. D'ailleurs, ces poils rendent la face inférieure des feuilles plus claire : c'est pour cela qu'on l'appelle aussi chêne blanc en région méditerranéenne.

Ses feuilles restent en place tout l'hiver même si elles sèchent, elles ne tombent qu'à l'arrivée des nouvelles feuilles. On dit que c'est un feuillage marcescent.

La floraison s'étend d'avril à mai, on peut alors observer des fleurs femelles et des fleurs mâles qui forment des chatons. La pollinisation se fait par le vent : c'est l'anémogamie.

Les fruits quant à eux arrivent en automne, ce sont les glands ; Ils sont dispersés par des animaux, tels que les geais des chênes ou les écureuils ( zoochorie).

Usages

Traité en taillis, il fournir du bois de chauffage. Les futaies sont assez rares mais de très gros arbres isolés sont fréquents en milieu agricole.
Son écorce était autrefois réduite en poudre pour produire du tan qui servait à traiter le cuir. Enfin, les glands du chêne riches en amidon, sont traditionnellement utilisés par le bétail et les porcs dans les systèmes d'élevage rustiques.

Ce chêne peut héberger dans ses racines un champignon mycorhizien : la truffe noire (Tuber melanosporum). Il est souvent cultivé pour produire ce champignon très recherché.

Écologie & habitat

On trouve le chêne pubescent surtout dans le sud de l'Europe occidentale et orientale et un peu en Asie de l'Ouest. Il est emblématique de l'étage supra-méditerranéen (entre 600 et 900 m d'altitude) et y pousse dans tous les milieux. A l'étage mséso-méditerranéen, il se cantonne aux sols plus profonds et plus frais. On le trouve souvent en compagnie des sorbiers, des érables champêtres, des genévriers ou encore des buis.

Sources

- Hugh Johnson, 2010, Arbres, une encyclopédie, Délachaux et Niestlé, 400p.
- Owen Johnson, David More, 2005, Guide Délachaux des arbres d'Europe, Délachaux et Niestlé, 464 p
- Pierre Lieutaghi, 2004, Le livre des Arbres, Arbustes & Arbrisseaux, Actes Sud, 1322p.
- Gregos Aas, Andreas Riedmiller, 1994, Les arbres feuillus, Éditions Nathan, 160p.
- J-C Rameau, D. Mansion, G. Dumé, C. Gauberville, 2008, Flore Forestière Française ? guide écologique illustrée 3 Région Méditerranéenne, SUF IDF du CNPPF, Paris
- Coste H. (abbé), 1937, Flore descriptive et illustrée de la France de la Corse et contrées limitrophes, Tome 1, 2 et 3, Second Tirage, Paris - Librairie des Sciences et des Arts.
comparatif banques