Pages ayant un lien vers la page courante :
EnCours
JardinBotanique
MFR
ParFamille
SentierClavaryValcluse
SentierDeLirac
SentierTeyran
SmartFloreBDTFXnt3283


Fiche simplifiée Smart'flore


Chêne vert

Quercus ilex (Fagacées)


Description

Le Chêne vert, ou Yeuse, ou Chêne faux Houx, est un arbre sempervirent (toujours vert) de la famille des , très commun dans la région méditerranéenne.

Il peut atteindre 20 mètres de haut, pour une longévité de 200 à 500 ans. Son tronc, souvent court et tortueux, présente chez les sujets âgés une écorce noirâtre, écailleuse. Il rejette également bien de souche.

  • Ses feuilles, alternes et coriaces (longues de 3 à 9 cm), sont de forme variable (épineuses chez les jeunes arbres, tendant à devenir entières chez les arbres âgés), vert foncé et luisantes dessus, pubescentes et blanchâtres dessous (cet épais feutrage de minuscules poils étoilés, en réduisant l'évaporation d'eau, est un moyen de lutte contre la sécheresse).
  • Les fleurs sont unisexuées, les mâles sont très abondantes, en longs chatons pendants à la base des pousses de l'année ; les fleurs femelles minuscules, terminales.
  • Les glands sont bruns, de 1 à 3 centimètres de long. Ils développent un pivot ondulé portant de courtes racines latérales.
Ilex désignait en latin le Chêne vert. C'est donc le Houx (Ilex aquifolium) qui doit son nom de genre au Chêne vert, par allusion à la ressemblance de leurs feuilles, et non le contraire.

Usages

L'écorce se caractérise par une forte richesse en tanins. Elle était récoltée pour le tannage des cuirs.
Le charbon de bois de chêne vert était produit sur place dans des jusqu'au milieu du XXe siècle.
Le chêne vert a été une source de bois de chauffage depuis l'Antiquité.
Le bois, très dense et très dur, est réputé difficile à travailler.
Ses fruits, les glands, servent également de nourriture pour le bétail en élevage extensif.

Écologie & habitat

Courant dans le sud de la France, il se développe dans les garrigues et les forêts. Il est résistant à la chaleur, à la sécheresse, au vent mais aussi au froid. Il accepte tous les types de sols, même s'il a une préférence pour les sols calcaires, profonds et bien drainés. Il s'enracine profondément pour subvenir à ses besoins en eau.

Sources

Flore Forestière Française, Tome 3. Rameau, Jean-Claude. IDF, 2008.
Collectif des garrigues, 2013, Atlas des garrigues : regards croisés, Ecologistes de l'Euzière, 360p.
Coste H., 1998, Flore descriptive et illustrée de la France de la Corse et des contrées limitrophes, Albert Blanchard, Paris, 1850p.
Domont P., Montell E., 2003, Histoire d'arbres, de la science aux contes, ONF-Delachaux et Niestlé, Paris, 256p.
Haas G., Riedmiller A., Gros plan sur les arbres, Nathan, 254p.
Renault J-M., 2010, La garrigue grandeur nature, Pelican, 272p.