Pages ayant un lien vers la page courante :
JardinBotanique
SentierClavaryValcluse

Fiche simplifiée Smart'flore


Chêne-liège

Quercus suber (Fagaceae)


Description

Le Chêne-liège est un arbre méditerranéen à feuillage persistant, de la famille des .
C'est un petit arbre de 10 à 15 mètres, d'un longévité supérieure à 300 ans.
Son écorce liégeuse épaisse, boursouflée et crevassée est caractéristique de l'espèce. C'est un des seuls arbres supportant la récolte périodique de son écorce (tous les 9 à 15 ans selon les milieux).

  • Ses feuilles sont alternes, d'environ 5 cm de long, de contour ovale, d'un vert intense, coriaces et épineuses sur les bords, ressemblant à celles du chêne vert.
  • Ses fleurs sont en inflorescences distinctes, les mâles sur un axe commun souple qui constitue un chaton pendant, les femelles peu nombreuses, sans pédicelle (directement insérées sur des rameaux ligneux).
  • Son fruit est un gland (long de 2 à 3 cm) muni à sa base d'un réceptacle en coupe ou cupule, et terminé par une courte pointe.
L'écorce remarquable du chêne-liège est une adaptation aux incendies (espèce pyrophile): la sélection naturelle a favorisé cette espèce car le liège est un excellent isolant et le feu n'atteint pas l'aubier, la partie vivante sous l'écorce.

Usages

Le Chêne-liège est surtout réputé pour le liège issu de son écorce (suber), matériau élastique, imperméable et flottant, récolté depuis l'Antiquité. Il est utilisé pour la fabrication de bouchons, pour l'isolation phonique et thermique, la décoration, etc.
Son bois, une fois débarrassé de son écorce isolante, est un excellent bois de chauffage.

Écologie & habitat

Présent dans tous les pays du bassin méditerranéen occidental, et sur la façade atlantique du Portugal et du Maroc.
Il est localisé sur terrains acides, sous des climats aux hivers doux (méso-méditerrannéen) car il craint le calcaire actif et le gel.
Il résiste bien à la sécheresse mais craint l'excès d'eau dans le sol. Il est favorisé par les incendies car c'est un remarquable pyrophyte du fait de son écorce isolante.

Sources

- Flore Forestière Française, Tome 3. Rameau, Jean-Claude. IDF, 2008.
- fr.wikipedia.org/wiki/Chêne-liège‎.
- Pierre Lieuthagi, Petite ethnobotanique méditerranéenne. Actes Sud, 2006, 335 pages.