La Réunion souffre de la peste verte

Biodiversité. Des espèces endémiques en danger face aux plantes introduites par l’homme.

Par Fabrice MOUTON

mardi 31 août 2004 (Liberation – 06:00)

La Réunion de notre correspondant

Munis de «sabres» ­ le nom donné aux coupe-coupe à la Réunion ­, des agents de l’Office national des forêts (ONF) luttent d’arrache-pied contre des ronces géantes, qui étouffent les fougères arborescentes et les bois de couleurs de la forêt primaire de Bébour. La vigne marronne est l’une des cent pestes végétales qui menacent la biodiversité de l’île tropicale. De l’orchidée au bois puant, des espèces endémiques ­ uniques au monde ­ risquent de disparaître, parce que trop fragiles face à des plantes agressives, introduites par l’homme.

Certaines l’ont été par accident, dans les cargaisons des navires ; la plupart volontairement, pour des raisons économiques, fin XVIIIe, début XIXe. Le goyavier pour ses fruits rouges acidulés, le choka pour ses fibres transformées en corde. «Sans cela, rappelle Alain Brondeau, chef de l’unité spécialisée dans l’aménagement et la gestion durable de l’ONF, on n’aurait rien à manger aujourd’hui sur l’île : ni fruits, ni légumes.» Les autres espèces ont été amenées sur Bourbon pour des raisons ornementales. «C’était la mode des jardins d’acclimatation. On voulait transformer la Réunion en nouvel Eden.»

1 commentaire

  1. Je critique amèrement de tel geste.. couper des ronces(ref munis de sabres)….A quoi sert de tel geste..
    comment voulez-vous éduquer un peuple en vous comportant comme des primitifs..on coupe et les racines eux et les semences eux… vous perdez votre temps en plus de vous moquez de ce peuple.. ses agent de l’Office national des forêts luttent d’arrache-pied contre des ronces géantes.. pauvres cons, imbéciles au travail bien rénuméré, vous êtes la lumière pour ses peuples et vous vous comportez comme des taupes.. la tête sous terre en ne regardant pas la facon de vraiment les controler..
    Rappelez-vous au début du 19 siècle les travaux de recherche sur le figuier de Barbarie introduit en Australie.. on a réussi à controler sa présence alors travaillons de la même facon de manière rationnel et non en payant des coupeurs de tige..il y des coups de pied qui se perdent chez les professionnels dans des culottes terreuses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *