Les sulfureux secrets de la flore d’Orient

Au XVI e siècle, le Portugais Garcia Da Orta part à la découverte de la flore d’Orient. « Je vous dirai à quoi sert l’opium, si vous me le permettez, car le sujet est fort déshonnête », écrit-il dans son livre-monument racontant toutes les plantes utiles qu’on peut rencontrer à l’est du Détroit d’Ormuz.

1 commentaire

  1. Article intéressant qui me donne le gout de parfaire mes connaissances de ce milieu..la présence du paragraphe sur l’ inquisition, créer par l’église comme tribunal exclésiastique, donne une dimension différente au texte Malheureusement on coupait facilement des têtes et l’ on fesait surtout des gestes douteux.. que valait la vie à l’époque…
    Lucien Bilodeau

    Appréciation bivalente

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *