Bas-Rhin – La forêt en deuil

La sécheresse a affaibli nos forêts. Les attaques de rouille sur peuplier, de scolytes sur sapin de Douglas ou de chenilles processionnaires sur chêne causent d’importants dégâts. Dès lors, une sylviculture en phase avec le milieu naturel s’impose.

Rares sont les promeneurs qui n’ont pas remarqué cet été la grande quantité d’arbres morts dans les forêts, dans les bois et sur le bord des routes. Les stigmates de la canicule et de la sécheresse 2003 commencent à se voir dans nos forêts.

Selon les observateurs de la santé des forêts, il faut s’attendre dans les années qui suivent à une mortalité qui se prolonge, voire même s’intensifie. La triste expérience de la sécheresse de 1976 induisant par exemple l’apparition du dépérissement du chêne en 1980, les conforte dans ce pronostic. Plus récemment, le dépérissement des chênes de la forêt de la Harth a été interprété comme une conséquence de la sécheresse de 1989.

L’Est Agricole et Viticole – 05/10/04

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *