Abattage massif : comment piller à bas prix un patrimoine !

Depuis plusieurs mois et malgré ses premières interventions auprès de l’administration, la LPO ANJOU assiste impuissante à l’abattage massif d’arbres centenaires, essentiellement des frênes « têtards », dans la vallée de la Loire et les Basses Vallées Angevines.

Des entreprises, extérieures à la région, viennent y prélever des milliers de troncs de frênes pour les exporter ensuite vers l’Allemagne et l’Italie, où ils sont utilisés en menuiserie et marqueterie

Réalisées en dépit du bon sens – sans aucune prévision de remplacement – ces coupes sont totalement contraires aux démarches de préservation des milieux naturels engagées collectivement dans les vallées, notamment dans le cadre de Natura 2000.

1 commentaire

  1. C’est toujours la même histoire.
    Pourquoi, sont-ce les entreprises allemandes qui viennent en France prélever sur notre patrimoine paysager, écologique, botanique voir géologique (les gravières) ? Sans aucun doute parce qu’en matière de préservation de la biodiversité dans leur pays, les lois sont plus rigoureuses et plus rigoureusement appliquées. Et qu’il faudrait donc qu’ils payent très cher la matière première qui leur est nécessaire. Non seulement peu de cas est fait de la valeur paysagère et biologique de notre patrimoine mais en plus nous le bradons. Si ces frênes avaient été aux prix pratiqués en Allemagne voire plus chers pourquoi pas, ils seraient encore sur pieds.

    Qui dans le « public », parmi les propriétaires terriens a entendu parler du programme de Natura 2000 ?
    Comment faire appliquer des textes quand le gouvernement n’est pas convaincu de ce qu’il a ratifié . Il faut bien dire que la France fut un des derniers pays à avoir signer la charte. Ce n’est jamais qu’une charte et pas une loi, me semble-t-il.
    Pourquoi ces propriétaires font-ils soudainement abattre ces arbres. Quelle est leur motivation ? Faire propre ou enrocher les berges ? que sais-je ?

    Nous avons trouvé dans la réserve de Seltz-Munchhausen un moyen de sauver notre saulaie têtard, en trouvant une entreprise allemande (encore eux) pour les étêter comme par le passé, par lots successifs. Ces propriétaires anjevins n’auraient-ils pas pu faire de même ?

    Et pourquoi devons-nous faire appel à des allemands ? Où est notre savoir faire ? Et n’allez pas me dire que c’est un problème de coût ? La main d’oeuvre allemande est bien plus chère et il leur faut ajouter le transport du matériel, ce n’est pas gratuit non plus. Où est le problème ? Bref, je ne comprends pas la logique économique de la chose en dehors du fait que les français se font « c… » excusez l’expression . Ça me dépasse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *