Rennes : Cité des herbes folles

Par Eliane PATRIARCA
samedi 19 février 2005

Pour lutter contre la pollution des eaux, Rennes et son agglomération réhabilitent les «mauvaises herbes» et tentent de mettre les pesticides au rancart. Entre les pavés poussent les plantes sauvages.

En ce moment, la révolution culturelle en marche à Rennes n’est guère visible. Avant le printemps, dans les rues battues de pluie, il faut avoir l’oeil averti pour percevoir ce qui fait la différence entre cette ville de Bretagne et la plupart des agglomérations françaises. Des indices existent néanmoins. Au pied des arbres, dans les rues, sur les trottoirs, entre les pavés, sous les bancs publics, il y a de l’herbe. Ou, plus exactement, ce qu’on appelle communément des mauvaises herbes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *