Forêts ivoiriennes, vers une mort programmée

Depuis 2003, on ne fait que déclasser les forêts pour les attribuer à des particuliers qui les exploitent n’importe comment. Le peu de forêt qui reste au sud du pays est systématiquement pillé. Mais le drame est que cela se fait avec la complicité des autorités chargées de protéger ces forêts. « Ces employés de la SODEFOR qui sont venus nous voir ne décolèrent pas contre leur structure qu’ils accusent d’être littéralement en train d’assassiner la forêt ivoirienne au nom d’intérêts individuels. »

En deux ans la SODEFOR a coupé tout le bois qu’elle aurait dû couper en cinq ans. A ce rythme, la SODEFOR sera obligée de fermer l’année prochaine parce qu’elle n’aura plus de ressources. ” Et l’on nous explique que la SODEFOR a baissé d’elle-même le prix du bois de teck de 100 000 francs le mètre cube à 80 000 francs pour pouvoir en vendre le maximum le plus rapidement possible. Et de ce fait, on ne tient plus compte des plans d’aménagement établis pour assurer une exploitation rationnelle des forêts afin de permettre leur reconstitution. On nous cite aussi l’exemple d’un arbre de près de quatre mètres de diamètre qui aurait été abattu à Dassioko, près de Fresco. “Il a fallu fendre cet arbre en quatre pour pouvoir le transporter. Dans un pays normal, un tel arbre aurait été précieusement conservé pour le faire visiter par les touristes…

2 commentaires

  1. il est vraiment dommage que l’état ne prenne pas ces responsabilités parce que ce qui nous permet de nous dinstinguer des autres pays finira par disparaître et la secheresse va s’installer et se sera difficile pour nos futurs enfants qui ne connaîtrons ce climat tropical humide que nous avons connu.je demande à nos spécialiste de la forêt de tirer sur la sonnette d’alarme

  2. Mon coeur saigne quand je lis ce genre d’article.L’ivoirien ne pense qu’à ses propres intérêts et ne connaît même pas l’importance de la forêt pour la vie humaine. Moi même après un passage récemment (mai & juin 2011) dans les forêts classées de la Sanguoué de Monogaga et de Niégré, j’ai coulé des larmes. Ces forêts sont en train d’être détruites de façon accélérée par des paysans en toute liberté.Je vous assure que dans 5 ans la SODEFOR sera en faillite sans aucune doute.
    Mon coeur brûle. Pensons à nos futures générations.

    SOS à la forêt ivoirienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *