Théatre des Champs-Elysées : la déforestation s’invite au spectacle

Dans le cadre de ses travaux de renovation, le théatre des
Champs-Elysees vient de faire installer un immense parquet en moabi. Les
Amis de la Terre s’inquiètent de la surexploitation du moabi, le plus
grand arbre de la foret tropicale africaine, dont la survie est
aujourd’hui menacee.

Longtemps critiqué en raison d’une acoustique médiocre, le théatre des
Champs-Elysees a mis en oeuvre différents travaux pour améliorer le son
dans sa salle principale. Ainsi la moquette responsable d’une trop forte
absorption des sons a été enlevée et remplacée par un immense parquet en
moabi. Ce bois vient d’Afrique Centrale, l’un des derniers massifs
intacts de forêts tropicales humides dans le monde.

Sylvain Angerand, chargé de la campagne pour la protection des forets
tropicales au sein des Amis de la Terre s’indigne :  » Pour faire le
parquet du théatre des Champs-Elysées, ce sont des arbres gigantesques
qui ont été abattus. Le moabi est le plus grand arbre de la forêt
tropicale africaine, il peut atteindre 70 m de hauteur. Il lui faut
plusieurs siècles pour atteindre cette taille, certains moabi abattus
sont parfois même agés de 2500 ans »
. Le moabi est l’arbre doyen des
forêts tropicales africaines mais également un arbre essentiel et sacré
pour les populations locales et autochtones (pygmées). Malheureusement,
le moabi est aujourd’hui victime de surexploitation : 3 moabis sur 4
coupés au Cameroun sont destinés a être transformés en France en portes,
fenêtres ou …plancher de théatre.

Pourtant, il existe de nombreuses alternatives à l’utilisation du moabi.
Les parquets en chêne issus de forêts cultivées en France ont des
propriétés technologiques et acoustiques équivalentes a celles du moabi.

Les Amis de la Terre sont d’autant plus consternés que le théatre des
Champs-Elysées appartient à la Caisse des Dépots et Consignations, le
premier propriétaire privé de forêts en France. Le choix de financer un
parquet en moabi plutôt qu’un parquet en bois local est en complète
contradiction avec le statut affiche « d’acteur de longue date du
developpement local « . En effet, si les forêts tropicales sont en train
de disparaître, les forêts françaises sont en pleine extension. 40% du
bois produit naturellement dans les forêts françaises restent
inexploités . Chaque année, la filière bois française perd de nombreux
emplois, des métiers traditionnels liés a la forêt comme celui de
bucheron, sont menacés de disparition alors que les importations de bois
exotiques continuent d’augmenter.

Dans le cadre de la campagne « Moabi : arbre de vie ou de profit ? »
les Amis de la Terre sensibilisent les consommateurs et les décideurs a
une utilisation responsable du bois et organiseront des opérations
d’informations devant le théatre des Champs-Elysees.

Sylvain Angerand
Les Amis de la Terre : 01 48 51 18 94
ou foret@amisdelaterre.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *