Kokopelli est harcelé de procès : appel aux dons

L’Etat français serait-il un Etat voyou ?

Un jugement du tribunal d’Alès du 14 mars 2006, a relaxé l’association Kokopelli qui oeuvre pour le maintien et la promotion de la biodiversité cultivée et culturelle. Ses engagements lui avaient valu d être traînée devant le tribunal pour « commerce de semences non inscrites ».
Le tribunal a débouté l’Etat, du fait qu il ne respecte pas les lois … européennes comprises !!!

L’association Kokopelli revendique et défend le droit des générations à naître de choisir leur alimentation, en libérant la semence. L’Etat, le GNIS, la FNPSP (deux structures corporatistes, liées à l’agrobusiness) nient cette évidence. Se basant sur des lois d’un autre siècle, de fait passéistes, restrictives et castratrices, ces organismes ont fait appel de la sage décision du tribunal d’instance, au mépris de tout respect et de tout bon sens. Cette affaire sera appelée à l’audience du 31 octobre 2006, cour d’appel de Nîmes (Gard).

Cet appel n’est pas dirigé contre Kokopelli : il est directement opposé à la souveraineté alimentaire de chacun d’entre nous. Cette négation du droit a pour but de conforter quelques transnationales de l’agroalimentaire dans leur situation de monopole et de séquestration du vivant.

L’association n’a pas vocation à devenir abonnée des prétoires. Le
financement et les forces vives de Kokopelli doivent être consacrés à transmettre un bien génétique reproductible, plus riche que celui dont nous avons hérité : la semence est un patrimoine inaliénable de l’ensemble de l’humanité. Nous défendons génétiquement, techniquement, biologiquement ce patrimoine, réalisant de fait une mission de service public qui devrait être assurée par l’état.

Les accusations et diffamations portées contre nous tous, nous obligent à vous solliciter, pour nous soutenir pécuniairement. Ces procès coûtent chers, tant en temps qu’en espèces sonnantes et trébuchantes. C’est aussi une volonté de nos accusateurs : nous épuiser financièrement, de façon à éradiquer toute contestation alternative, révélant la complicité Etat français-multinationales de l’agrochimisemencière. Nous avons le courage, la volonté, le devoir, de contribuer à faire émerger la vérité, de faire perdurer la vie, au-delà de toute adversité.

Monsieur Chirac a qualifié d’état voyou, ceux qui fournissent des pavillons de complaisance aux pétroliers pollueurs de nos océans ; comment faut-il appeler un pays qui fournit des pavillons de complaisance pour polluer de façon irrémédiable nos semences en hypothéquant notre avenir et l accès à l’autosuffisance alimentaire de toute la planète ?

Nous sommes tous concernés ; si vous avez la possibilité d’être solidaire avec nos actions, vous pouvez envoyer vos dons différenciés, à l’ordre de «libreseme Kokopelli», avant le 31 Octobre 2006 si possible, à l’adresse suivante:
Kokopelli
Pist Oasis
131 Allée des Palmiers
30319 – ALES Cedex,
ou sur les différentes foires, salons, magasins bio, biocoops où l
association Kokopelli est présente.
ou par virement au n° 15899 07965 00020118204 06 Crédit Mutuel Alès (codes internationaux : IBAN : FR76 1589 9079 6500 0201 1820 406 ; BIC : CMCIFR2A)

Un grand merci pour votre soutien

(Information transmise par kokopelli)

3 commentaires

  1. L’affaire du purin d’ortie, maintenant Kokopelli, l’état applique à la lettre le principe de précaution…mais seulement quand ça lui chante. Au même moment où l’on apprend que les rayons des supermarchés abondent de produits OGM (l’actuelle affaire du riz) à notre insu, il y a un paradoxe évident ! Peut-être pourrions nous assurer notre soutien en étant présent à ce procés…

  2. Je trouve ca deplorable de voir l’état faire appel d’une décision juste. Comment remettre en cause le maintien de la biodiversité, qui permettra peut être à des générations futures de survivre face à une agriculture outrancière dans ses objectifs de « nourrir le monde ». Le lobbying industriel du secteur est très puissant, cette affaire nous le démontre.
    Si des affaires comme celle ci étaient plus médiatisées, cela serait une bonne chose.

  3. J’approuve les propos de Dominique Guillet persque en totalité car s’il a raison de souligner le scandale des lois faites uniquement pour les multinationales, il a tord et il ment quand il dit qu’il est le seul à participer à la sauvegarde de la biodiversité. Nombre d’associations locales font le même travail gratuitement, et c’est là que K se fait épingler, car si l’on peut tolérer que des semences ne germent pas toujours quand on nous les a donné, c’est différent lorsqu’elles sont achetées et chères en plus ! Ex client de K je ne suis pas le seul à déplorer le manque de professionnalisme de cette association qui comporte sept salariés ! Désolé mais je ne donnerai plus rien à cette pseudo association.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *