Découverte exceptionnelle d’une souris piégée par une plante carnivore, au jardin botanique du Parc de la Tête d’Or ( Lyon)

Un jardinier-botaniste a découvert dans les serres du Parc de la Tête d’Or une souris piégée par une plante carnivore, la Nepenthes truncata, originaire des Philippines.

Pour la première fois en situation de culture de serre, les photographies prises permettent d’accréditer l’affirmation, parue dans certaines études botaniques mais jamais illustrée, selon laquelle cette espèce de plante est capable d’ingérer des proies de la taille d’un oisillon ou d’une souris.

Contact Presse :
Claire-Cécile DAVID
Renseignements Lyon en direct: 04 72 10 30 30
Mail : claire-cecile.david@mairie-lyon.fr

8 commentaires

    1. La nature nous montre chaque jour que presque tout est possible. Une sourie est capable d’escalader un mur, cette plante sera donc un jeu d’enfant pour elle vu la structure de la tige. De plus les pièges ne sont pas forcéments durs d’accés. Donc ceci est fortement possible même si ce cas reste rare.

  1. Voila qui me semble un peu gros … je vois mal un souriceau se balader dans une serre, et se faire pièger dans cette urne (qui ne doit pas être d’accès facile)

    Et d’ailleurs, y a t’il des souris dans ces serres ? Il serait intéressant de poser quelques pièges plus « clasiques » pour vérifier la chose.

    Ne serait pas plutôt une farce ?

    1. Rien d’exceptionnel a trouver une souris dans une serre (surtout dans les pots où ces animaux aiment à nicher…). La première remarque est intéressante : y a t il « digestion » des tissus??

    2. Bonjour,
      Je me suis laissé dire que ce souriceau est vraisemblablement tombé par hasard dans l’urne. Il n’a pas été digéré et cette urne a séché.
      Souvenez-vous :C’est aussi à Lyon dans ces mêmes serres que nous avions vu cet enfant assise sur une feuille de nénuphar d’Amazonie …..
      Des coups de pub pour les serres du parc de la Tête d’Or !

  2. La souris aventureuse s’est laissée prendre, car remonter de cette urne doit être impossible. Maintenant je me demande si la plante pouvait réellement en tirer profit. Y avait-il quelque lyse des tissus laissant supposer que la plante pouvait ensuite absorber certaines substances de la souris ? C’est l’objectif final du piège, quelle que soit la proie, je suppose.

  3. Les rongeurs sont d’une curiosité et d’une ténacité incroyable. A la campagne j’ai pu constater un certain nombre de faits comparables. Les rongeurs essaient à tout prix d’atteindre tous les endroits inaccessibles dans leur quête insatiable de nourriture. Ainsi parfois ils sont victimes (surtout pour les jeunes) de leur imprudente curiosité .J’ai retrouvé ainsi des rongeurs noyés dans des recipients remplis a moitié remplis d’eau ou pour une raison ou une autre les rongeurs avait tenté d’atteindre la surface .Des que le rongeurs n’a plus de point d’appui suffisant, il finit par s’epuiser et mourir noyé de ne pouvoir s’accrocher aux parois qui, les pattes humides rend l’escalade impossible.
    Les rongeurs ne sont pas attirés par l’eau mais par divers insectes qui eux aussi s’y laissent prendre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *