Création de la réserve naturelle nationale du Mont Grand Matoury

Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable, le 13 09 06

Un décret publié le 8 septembre 2006 au Journal officiel a créé la réserve naturelle nationale du mont Grand Matoury en Guyane. Le Mont Grand Matoury est situé sur la commune de Matoury, à huit kilomètres au sud de Cayenne et culmine à 234 mètres d’altitude. La réserve naturelle s’étend sur une superficie de 2123 hectares du massif, constitués de montagne, forêts, mangroves, marais et de deux criques marécageuses. La qualité du paysage tient à la beauté et à la variété des espaces, de la flore mais aussi au mystère du lieu.

Par sa morphologie et sa situation, le mont constitue une sorte d’île au milieu de terres basses qui a favorisé l’émergence et le maintien d’espèces endémiques ainsi que la variété des espèces. En raison de la situation géographique du Grand Matoury, l’avifaune par exemple comprend des oiseaux caractéristiques non seulement du littoral mais également du massif forestier intérieur. Il constitue un refuge pour les espèces. C’est le dernier mont du littoral n’ayant pas été encore trop altéré par l’urbanisation sans doute grâce à sa dimension restée longtemps symbolique. Le sommet et le haut de ses pentes est recouvert du dernier secteur de forêt primaire de Cayenne. Le site constitue une zone de découverte de la nature et de loisirs pour la commune de Matoury et l’agglomération de la ville de Cayenne.

L’intérêt scientifique particulier du Mont est établi depuis le 18 ème siècle et repose sur sa biodiversité. Louis XV en avait fait le jardin du roi et son botaniste Jean-Baptiste Fusée-Aublet a répertorié 400 espèces. De nombreuses espèces amazoniennes tant de flore que de faune ont donc été décrites sur la base d’échantillons collectés sur ce site. On note une grande variété de biotopes : différents types de forêts, de savanes, des mangroves, rivières … et quelques espèces endémiques. L’abondance d’espèces est telle que les inventaires demeurent encore incomplets. Le classement du site vise aussi à protéger les ressources aquifères souterraines encore non exploitées et la qualité paysagère et esthétique du site qui, par sa masse imposante avec des arbres à la floraison magnifique, permet de découvrir une diversité de paysages naturels.

La valeur historique, symbolique, voire même spirituelle du site, reste forte même si les jeunes doivent désormais pour avoir accès à cette culture ancienne bénéficier d’apports pédagogiques. Une campagne de fouilles archéologiques a mis à jour un site d’habitat de hauteur.

Ce classement permettra de lutter contre l’érosion du massif, d’assurer la conservation du couvert boisé et de lutter contre la déforestation liée à l’anthropisation et aux occupations illégales.

Voir

Site de la mission Guyane

Page relative à l’enquête publique

Livret du projet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *