Projection du film « Du Sucre et des Fleurs dans nos Moteurs », 16 nov – Montpellier (34)

Date et lieu
Jeudi 16 novembre, à 20 heures, au Diagonal Capitole de Montpellier.
Durée 52′.

Description
Un film de Jean-Michel Rodrigo
Chef Opératrice : Marina Paugam
Ingénieur du Son : Philippe Drouot,
Chef Monteuse : Claire Atherton
Productrice : Evelyne July

Les réserves de pétrole s’épuisent, la consommation augmente de façon vertigineuse, le prix du baril flambe & Les accords de Kyoto contraignent les nations industrielles à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. L’avènement des biocarburants semble inéluctable.

Le Brésil ouvre la voie d’un monde libéré du « diktat » de l’or noir : 40% de sa consommation de carburant sortent désormais de ses champs de canne. Soucieuse de son indépendance énergétique, l’Europe est entrée dans la course. Les agriculteurs français se voient volontiers confié le rôle « d’énergie-culteurs » Des voitures consommant de l’huile de tournesol, de l’alcool de betterave, des camions roulant au colza& il n’est désormais plus interdit de rêver.

La fièvre actuelle de l’or vert devrait tout de même se heurter à de véritables limites. Il n’y aura jamais assez de terre pour cultiver l’énergie nécessaire à faire rouler tous les moteurs du monde. Si le premier mérite des biocarburants est bien de desserrer l’étau pétrolier, le second est de souligner les limites auxquelles se heurte un mode de consommation devenu planétaire.

Une production MECANOS PRODUCTIONS, avec la participation de FRANCE 5 et de CFI, en co-production avec PUBLIC SENAT,en partenariat avec l’ADEME, l’AFD, le CTA, le CIRAD, FARM, avec le soutien du CNC, de la PROCIREP, de l’ANGOA.

Pour tout renseignement complémentaire s’adresser à :
Mécanos Productions : 01 42 76 00 46
mecanos.productions@mecanos.fr

Information transmise par Florence Vigier (CIRAD)

3 commentaires

  1. Le Brésil ouvre certes (un peu…) la loi du « dicktat » de l’or noir, mais pour créer à sa place celle du « dickat » de l’or vert, où seule une minorité latifondiaire se partagera les profits des nouveaux carburants, au détriment des cultures vivrières dont la plupart des pays du sud manquent pour assurer leurs besoins alimentaires.

    Le remplacement du pétrole par les carburants issus des végétaux risque d’avoir pour première conséquence d’affamer l’humanité et de détruire l’environnement dans un monde uniquement orienté vers la recherche du profit immédiat.

    Daniel Mathieu

  2. …..à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. L’avènement des biocarburants semble….
    Je ne vois pas pourquoi les biocarburants réduiraient les gaz à effet de serre ; ça serait même plutôt le contraire dès lors qu’ils nécessitent aussi du pétrole pour produire les engrais et il faut faire rouler les tracteurs pour les cultiver !
    J-C

    1. je ne suis pas d’accord avec votre argumentation du moment où ce « biocarburant » peut substituer toutes les utilisations du pétrole; y compris faire fonctionner les tracteur comme vous le dites (ça se fait déjà un peu partout); de plus si on va plus loin en parlant de Chimie verte, tous les produits synthétiques à base du pétrole aujourd’hui (plastiques, PVC et autres….) peuvent se synthétiser à base des plantes ……
      Pour ce qui est de la limitation des gaz à effet de serre, seul le cycle de carbon via photosynthèse suffit pour répondre….

      Merci

Répondre à Daniel MATHIEU Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *