Déforestation en Tasmanie : l’incroyable certification

Le 31 Octobre 2006, sur le site du WWF.

Au large de l’Australie, la Tasmanie abrite encore de magnifiques forêts primaires, une biodiversité exceptionnelle et des arbres parmi les plus grands et les plus âgés de la planète. Pourtant, chaque jour, l’équivalent de 44 terrains de football disparaissent en fumée : les arbres gigantesques sont abattus puis des hélicoptères lancent des bombes de napalm pour incendier les arbres restants et les souches. Une fois le sol nettoyé, des arbres exotiques à croissance rapide sont replantés. Pour empêcher les animaux de venir manger ces jeunes plants, un poison neurotoxique très puissant est répandu : des espèces en danger comme le diable de Tasmanie meurent dans de grandes souffrances. Il ne reste rien de la biodiversité originelle.

Un reportage sur ce désastre écologique a été diffusé dans le premier des quatre volets de la nouvelle émission de Yann Arthus Bertrand (« Vu du ciel ») le mardi 31 octobre à 20h50 sur France 2.

Nos associations souhaitent profiter de la diffusion de ce reportage pour alerter les citoyens sur cette déforestation sauvage dont ils pourraient être complices malgré eux en croyant faire un geste pour la planète. En effet, le bois et le papier issus de ces forêts, où sont pratiquées ces méthodes si peu écologiques, sont commercialisés avec le label PEFC[1] censé garantir que les bois viennent de « forêts gérées durablement ». Ce label, créé à l’origine par les forestiers européens, s’est ouvert en 2003 aux bois exotiques et en particulier à ceux provenant de forêts primaires.

Vous pourrez donc acheter dans votre magasin ou pour votre mairie, du papier ou un parquet en bois « certifié » en croyant faire un geste pour la planète…tout en contribuant à la destruction des forêts de Tasmanie.

Nos associations demandent au gouvernement et aux distributeurs de bois, qui jouent la carte de la confusion en faisant la promotion des « bois certifiés » d’écarter les labels les moins rigoureux pour ne pas induire le consommateur en erreur. Aujourd’hui, seul le FSC[2] refuse explicitement de certifier la coupe rase d’une forêt primaire pour la remplacer par une plantation.

A la demande de The Wilderness Society, les Amis de la Terre ont lancé une campagne pour interpeller publiquement la certification PEFC et demander l’annulation immédiate de la certification des bois venant de Tasmanie.

Pour en savoir plus et participer à la cyberpétition, consulter l’article en ligne sur le site des Amis de la Terre : http://www.amisdelaterre.org

[1] Programme for the Endorsement of Forest Certification schemes ou Programme de Reconnaissance des Certifications Forestières

[2] Forest Stewardship Council ou Conseil de bonne gestion Forestière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *