Demande d’échantillons de feuilles de bleuet

Dans le cadre du démarrage d’un projet sur la biodiversité « banale », j’entreprend à l’INRA l’étude du bleuet des champs, Centaurea cyanus, les causes de sa raréfaction, ses situations différenciées entre régions, et sa valeur indicatrice de la biodiversité dans les agrosystèmes.

Pour alimenter les stages des étudiants de ce printemps 2007, je cherche à prendre contact avec des botanistes réalisant sur le terrain les relevés de flore et qui seraient susceptibles, à l’occasion, de reconnaitre le bleuet en rosette dans les champs, en bordure des champs ou dans tout autre habitat, et me faire parvenir un échantillon (plantule ou feuilles). C’est la couverture du territoire Francais qui m’intéresse. Si la région prospectée présente des zones d’écologie ou d’histoire agricole contrastées, autant d’échantillons sont les bienvenus.

Une réponse diligente est demandée car si le bleuet en fleur en juin est facile à identifier, ce sera trop tard pour les étudiants qui utilisent l’ADN des feuilles pour leur travail dès maintenant et finissent en juin. Les informations recueillies seront par la suite utiles pour retourner sur les sites échantillonnés et entamer une étude complète et une récolte de semences.

Je propose d’envoyer à ceux qui souhaitent une ou plusieurs enveloppes plastifiées (a bulles) portant l’adresse du laboratoire de Dijon et timbrées. Il s’agira de glisser dans l’enveloppe une grosse feuille de trois ou quatre bleuets (s’ils sont en grosse rosette, les feuilles doivent être en bon état) ou des rosettes entières coupées comme un pissenlit (s’ils sont en germination ou jeunes), d’indiquer au dos de l’enveloppe village, département, culture (ou habitat), nombre de plantes dans l’enveloppe, voire un commentaire, et de poster l’enveloppe au plus vite. Pour indication, la quantité de feuille en bon état pour une plante doit etre équivalente à un drapeau de céréale, soit un limbe de 1 cm de large sur 10 cm de long chez le blé (faire attention que la feuille de bleuet est souvent très découpée, donc il en faudrait plusieurs de taille similaire).

Je vous remercie pour votre attention, et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse postale et le nombre d’enveloppes souhaitées.

Henri Darmency
UMR 1210, Biologie et Gestion des Adventices
INRA, 17 rue Sully
BP 86510, 21065, Dijon, France
Tel. 33 380 693186
Fax. 33 380 693262
_http://www.dijon.inra.fr/bga/umrbga/index.php_

7 commentaires

    1. suite
      hélas
      cette année rien à Saint Maurice Montcouronne
      Mais vu et prélevé à Maisse en bord de champs de blé et de route ..
      je vous envoie évidemment
      Danielle
      CPN les petits curieux

  1. Il faudra se méfier des bleuets d’origine horticole (pas toujours facilement identifiables des souches sauvages)qui sont utilisés dans les mélanges ‘prairies fleuries’ à l’entrée de villages, sur des ronds-points ou sur des talus végétalisés par l’homme. Certains peuvent effectivement se resemer sur des parcelles agricoles qui les jouxtent

  2. Bonjour,
    Comme évoqué avec Mr Gasquez cette semaine, nous allons faire passer l’information auprès de notre réseau de bénévoles en poitou-Charentes, mobilisés dnas le cadre d’un plan de conservation régional des messicoles (www.dsne.org).
    Je passe l’information aux 3 autres coordianteurs départmeentaux afin de savoir combien d’échantillons pensents ils pouvoir collecter.

    1. Merci beaucoup pour votre aide. N’oubliez pas de m’indiquer les adresses postales afin que je puisse envoyer les enveloppes réponse directement.
      Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *