Le koko ou mfumbu (Gnétacées) Une plante alimentaire d’Afrique centrale

Sous la direction de Fidèle MIALOUNDAMA
Préface de Bernard MILLET

Chevalier (1951) fait remarquer qu’en 1950, son attention fut attirée par un produit végétal vendu toute l’année sur les marchés de Bangui et connu des peuplades de la sous-région d’Afrique centrale sous le nom de « Koko » ou « Mfumbu ». Il est appelé au Nigeria « Okasi » et il a été décrit par les botanistes qui l’ont classé dans le genre Gnetum et dans la famille des Gnétacées comprenant une trentaine d’espèces localisées dans les forêts tropicales d’Afrique, d’Amérique et d’Asie.

Les deux espèces africaines (Gnetum africanum et Gnetum buchholzianum) sont de petites lianes de sous-bois à feuilles comestibles. Elles constituent une source très appréciable de protéines et de sels minéraux, commercialisées par les femmes durant toute l’année sur les marchés d’Afrique centrale. Elles font également l’objet d’échanges transfrontaliers en Afrique et sont exportées dans les pays européens. Les spécialités à base des feuilles de « Koko » jouent un rôle qui va au-delà de leur utilisation alimentaire. Les populations d’Afrique centrale expriment leur identité culturelle à travers la consommation de ces plats.

Cet ouvrage donne des renseignements précieux sur la biologie de la plante, les possibilités de sa domestication, son intérêt alimentaire, et la commercialisation de ses feuilles en Afrique et en Europe.

Editions L’Harmattan – Collection Etudes Africaines

19,50 euros
212 pages
ISBN : 978-2-296-04008-3

Plus de renseignements et bon de commande sur le document joint.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *