Indicateurs de biodiversité et contexte règlementaire par Shabnam Laure Anvar

les indicateurs de biodiversité :
de l’importance du contexte réglementaire
Shabnam Laure Anvar Doctorante en Droit, université de Paris I Panthéon-Sorbonne
Centre de recherche en droit des sciences et techniques (CRDST)

« [L’] érosion du vivant n’est ni inéluctable, ni totalement irréversible. Elle résulte de choix politiques,
économiques et sociaux. En la matière, la méconnaissance, l’absence de précaution ou l’inaction ne
sont plus acceptables. »

Cette remarquable étude montre bien, une fois de plus le décalage total entre le discours des GNIS et consoeurs, et celui des associations oeuvrant pour le maintien d’un biodiveristé cultivée.
Elle remet en cause également la publication de Valérie Cadot du GEVES, qui, probablement sous la pression des multinationales semencières, prétendait qu’il n’y avait pas de perte de biodiversité cultivée mais au contraire une augmentation des accessions. Cette affirmation est probablement juste, mais encore une fois ici l’on ne parle que des variétés inscrites sur des catalogues.

Que deviendra cette biodiversité cultivée non-inscrite ?

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *