Les entreprises face à la gouvernance mondiale de la biodiversité

Suite au développement rapide des biotechnologies dans les années 90, les ressources génétiques
sont devenues de véritables enjeux industriels et commerciaux. Les entreprises pharmaceutiques,
cosmétiques, et agroalimentaires ont intensifié leurs activités de bioprospection, afin d’identifier de
nouvelles ressources susceptibles de faire l’objet d’un développement industriel. Mais de la
bioprospection à la biopiraterie, il n’y a parfois qu’un pas…
Alors que les droits de propriété intellectuelle, nécessaires à la régulation marchande, permettent aux
firmes de protéger leurs innovations, ils se révèlent inadaptés à la conservation de la biodiversité et
des savoirs locaux leur étant associés.
Dans ce contexte, les entreprises du vivant peuvent-elles participer à la conservation de la
biodiversité tout en « consommant » des ressources génétiques ?

Aux éditions l’Harmattan
Coll. : « Entreprises et management »
ISBN : 978-2-296-04060-1
Prix : 18 €
208 pages


L’AUTEUR :

Elise REBUT travaille sur des problématiques relatives au développement durable. Elle est diplômée
de l’École nationale supérieure agronomique de Rennes, du Master de recherche en biochimie et
génétique de l’Université de Rennes 1, et du Master spécialisé HEC de management du
développement durable

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *