Triste histoire de Sabot

La Garance Voyageuse avait rapporté il y a quelques temps la triste histoire d’une cueillette de Sabot de Vénus dans l’Ain.
Cette magnifique orchidée est rare dans ce département. On l’avait même pensée disparue quand la mairie de Mijoux avait, en toute connaissance de cause et malgré un constat d’huissier, fait passer une piste de ski sur la localité historique du Col de la Faucille. Le Sabot de Vénus fût
retrouvé par la suite dans le département grâce aux efforts de Jean Guyon, après cinq années de recherches ! Cette nouvelle localité, maintenant (trop) bien connue, reçoit beaucoup (trop) de visites.

Toutes ne sont pas amicales. Le 27 mai 2006 un garde de l’ONCFS interpellait sur ce site le directeur de la fédération départementale des syndicats des exploitants agricoles de l’Ain (FDSEA), monsieur Gérard Mucke avec des bouquets contenant deux Sabots de Vénus. La FRAPNA et l’ASPAS se sont constituées partie civile et la chose a été
jugée le 23 mai 2007 à Bourg-en-Bresse. Et que croyez-vous qu’il advint ? Monsieur Mucke a été relaxé. Il faut dire que les Sabots étaient dans des bouquets tenus par des « petites filles » (sic!) et que l’on n’a pas pu démontré que le prévenu avait participé à cette cueillette.

Le hasard est un mauvais farceur quand même, vous vous baladez tranquillement en famille, complètement au hasard, vos gamines cueillent innocemment des fleurs dont vous ne savez rien et pan vous êtes contrôlé ! Courage, civisme, on assume !
Alors la prochaine fois que vous aurez envie d’un bouquet ? spécial, allez-y donc avec un gamin en chantonnant : « c’est pas moi, c’est ma sœur ? (air connu) ». Il y a maintenant jurisprudence.

5 commentaires

  1. Si les mêmes gamins en promenade avec leurs parent cueillent des baies de belladone ou de l’aconit et en consomment est-ce que la jurisprudence jouera pour disculper les parents de leur responsabilité en cas d’intoxication?

    Alain Millet Haute Savoie
    (où il y a des sites de cypripedium où l’on peut en {{voir}} des milliers! par prudence je ne les divulguerais pas: mais rassurez vous le sabot n’est pas mort)

  2. « tout le monde excuse tout le monde » est a nouveau démontré dans cette affaire. Mais quand on utilise des gamines pour se faire excuser, c’est déjà plus que de la lâchetée! loin de nos Syndics de tels individus!

  3. Lorsque l’on cueille des fleurs, c’est parce que l’on trouve ça beau (de Vénus).
    Il y a vraiment des progrès à faire pour amener les cueilleurs (ou en l’occurence des petites cueilleuses) à appréhender les problèmes liés à la bio diversité et à la protection des espèces.

    Le magistrat réserve les sanctions à des délits autrement importants à ses yeux.

    Pédagogie, pédagogie et encore pédagogie…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *