Votez pour votre plante en danger favorite !

La Garance voyageuse s’associe à la démarche de Planta Europa, ONG anglaise qui a organisé une action pour faire prendre conscience au plus large public du déclin des plantes sauvages.

En effet malgré le développement de la conscience de la valeur du patrimoine naturel ces dernières années il est un fait reconnu que la plupart des populations d’espèces végétales sauvages continuent de régresser, pour certaines de façon alarmante.

Pour appeler l’attention sur ce point et pour que les dirigeants politiques prennent mieux en compte le désir des Européens que leur patrimoine naturel soit épargné, Planta Europa appelle les citoyens Européens à voter pour les plantes dont ils regrettent la disparition.
Comme une participation massive est très importante la Garance voyageuse vous propose de participer au vote et de transmettre l’appel ci-dessous.

Message à transmettre

Votez pour votre plante en danger favorite !

Partout en Europe les plantes sauvages régressent. Le public Européen est préoccupé par les problèmes de destruction de son patrimoine naturel et les dirigeants Européens et nationaux doivent agir maintenant. Pourtant il est très rare que les plantes soient sur l’agenda des dirigeants politiques.

L’ONG anglaise Planta Europa a lancé, avec l’aide de ses partenaires dans toute l’Europe, une campagne concertée pour faire prendre conscience au plus large public de ce déclin des plantes sauvages et agir au niveau des dirigeants européens.

Tout le monde peut contribuer à cet effort en votant pour une plante dont il regrette le déclin.
Il suffit de ce rendre sur le site plantaeuropa.org, de cliquer sur « Wake Up Call » puis à droite sur le drapeau français (ou de pointer directement
http://www.plantaeuropa.org/pe-raising_awareness-wuc-whatis-france.htm )

Les résultats seront employés par Planta Europa pour faire pression sur les politiciens et dirigeants aux niveaux local, national et Européen. Une participation massive est donc très importante.

La Garance Voyageuse

9 commentaires

  1. Je ne vois vraiment pas l’intérêt de proposer une telle initiative pour des plantes qui ne sont pas vraiment en danger (d’une part) et qui de plus sont déjà des plantes symboles connues du grand public! C’est balancer de l’argent pour des espèces qui n’en valent pas le coup. Le bleuet comme plante en danger (allez dire ça aux agriculteurs en Bourgogne!!) c’est bien gentil mais ca occulte toutes les vraies messicoles rares ou déjà disparues (nielle mais surtout nigelles, garidelles, adonis…).

    Donc autant mettre de l’argent là où il y a de vrais besoins même si cette opération à une vocation grand public!

    Cordialement

    Christophe (pour le coup de gueule du jour)

    1. Je ne vois pas l’intérêt (ni la pertinence) de ce coup de gueule.
      D’autant que la Bourgogne n’est pas la France, encore moins l’Europe à elle seule…

      Cordialement,

      Gaëlle

    2. J’ai pris l’exemple de la Bourgogne parce que c’est le plus frappant pour le bleuet. L’edelweiss est banale en montagne dès qu’on monte au dessus de 2000 m etc….

      Mais ce que je cherchais surtout à dire c’est que les plantes indiquées (qui sont choisies par pays de toute façon, les plantes d’Italie sont différentes de celles de France) ne sont pas des plantes en danger!!!!

      Si vous voulez une liste de plantes en danger, vous prenez l’inventaire des plantes protégées ou la liste rouge et vous regardez les taxons. Certains sont en régression dramatique ou ne sont plus présents que sur une ou deux stations, tandis que les plantes mentionnées ne sont pas menacées

      Cordialement,

    3. Ou puis-je trouver cette liste ? car effectivement, c’est sur ces plantes qu’il me semble intéressant de focaliser notre attention. j’anime des formations d’éco-jardinage ornemental et l’idée me plaît de proposer à mes client(e)s de choisir une plante sauvage et de la préserver.
      M.

    4. Pour ce qui est des plantes protégées voici la liste.

      http://inpn.mnhn.fr/inpn/fr/conservation/regl/index.htm

      Il faut ensuite chercher dans législation nationale (animaux et végétaux protégés nationalement) et dans les listes régionales (certaines plantes protégées régionalement sont tout aussi rares).

      Mais la culture de plantes protégées est interdite sans autorisation qui certifie notamment que les graines n’ont pas été prélevées in natura. C’est pour cela qu’on peut cultiver des chardons bleus issus de pépinières.

      Cordialement,

  2. D’accord avec Christophe!
    J’ajouterais qu’il en va de même pour les plantes que pour les humains : On s’émeut de la menace qui pèse sur Miss Europe, Cypripedium calceolus, habillée par Orchidée, parfumée par Senteur-vanille, qu’on voit en couverture de la presse spécialisée.
    Alors que trois fleurs blanches minuscules sur quelques feuilles ordinaires, cela meurt dans l’indifférence.

    Mais il est vrai aussi que pour sensibiliser l’opinion, il faut aller là où elle est « sensibilisable » c’est à dire vers le connu, voire le sensationnel.

    Marc

  3. Les résultats seront employés par Planta Europa pour {{faire pression sur les politiciens et dirigeants aux niveaux local, national et Européen.}} Une participation massive est donc très importante.

    C’est cette phrase là qui est importante.Tout ce qui peut faire bouger les décideurs est à prendre sans trop discuter.
    Et le coup de gueule et les réponses qui suivent totalement inutiles.Les lobbies, oui..

    1. Au mieux il y aura un peu d’argent débloqué pour certaines des espèces indiquées, ce qui ne servira à rien vu que ces espèces ne sont pas menacées!

      L’argent en question serait mieux utilisé à protéger certains milieux menacés ou certaines espèces, certes moins photogéniques, mais plus rares et meilleures indicatrices de l’état de santé d’un environnement.

      Cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *