Forte accélération de la déforestation en Amazonie

D’après L’Institut National Brésilien pour la Recherche Spatiale, le rythme de la déforestation s’est fortement accéléré, en Amazonie, au cours des derniers mois de l’année 2007.
Les premières analyses des images satellites laissent apparaître une perte d’environ 3,200 km2 entre les mois d’août et décembre, et selon l’Institut, l’étude définitive des données pourrait faire ressortir une surface détruite deux fois supérieure.

– Source : site d’univers nature :
http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=2952

2 commentaires

  1. Il va devenir urgent d’accepter de se rendre compte que, si l’on veut lutter contre ces défrichements accélérés, il faut donner une VALEUR à la forêt {{sur pied}}, au moins aussi importante que celle qu’on l’on donne aujourd’hui aux arbres que l’on en extrait, ou aux productions de soja, riz, ou autres cultures que l’on installe sur ses défriches encore fumantes.

    La forêt sur pied nous apporte aujourd’hui une quantité insoupçonnée de SERVICES, le premier d’entre eux étant d’être la plus grande usine mondiale de recyclage du plus commun de nos déchets, le CO2, mais aussi en nous offrant une diversité extraordinaire et inexplorée de nouvelles molécules, sans parler de loisir ou de tourisme,… quantité INSOUPCONNEE de service, sans doute parce que services GRATUITS aujourd’hui!

    En tant que prestataire de SERVICES, la forêt sur pied devrait être “REMUNEREE” pour les services qu’elle nous rend, et les Etats qui possèdent à des degrés divers cette ressource doivent être encouragés à travers cette rémunération à la préserver, la maintenir, la développer.
    Nous devons arriver à développer une relation « gagnant-gagnant » entre possesseurs et utilisateurs de la forêt {{sur pied}}, au bénéfice de son maintien et de son développement.

    Si une volonté internationale s’affirme (timides déclarations à Bali certes), les moyens pour gérer efficacement et équitablement une nouvelle relation inter-états autour de la Forêt existent.

    C’est urgent !
    « Lorsqu’il s’apercevra que le dernier cours d’eau est asséché, les dernières terres désertifiées, et le dernier arbre abattu, l’homme s’apercevra alors que l’argent ne se mange pas »
    (Proverbe amérindien…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *