OGM, dites-le avec des roses….

Chez les plantes, trois catégories de pigments sont responsables de la couleur des tissus, et notamment des fleurs. Les bétalaïnes, caractéristiques des Caryophyllales (à l’exception des Caryophyllacées), donnent des couleurs rouge, orange ou jaune. Parmi les exemples célèbres, citons le colorant de la betterave, ou encore les pigments des fleurs chez la belle-de-nuit, Mirabilis jalapa. Les caroténoïdes, qui interviennent aussi dans la photosynthèse, sont responsables de couleur jaune/orange chez de nombreuses Astéracées, de la couleur rouge des fruits des Solanacées (tomate par exemple). Enfin, le groupe des flavonoïdes/anthocyanes forment un ensemble très diversifié de molécules, et sont responsables des colorations rose, mauve, violet ou bleu des pièces périanthaires de nombreuses espèces. Dans le genre Rosa, la couleur bleue n’est pas possible puisqu’il n’y pas de synthèse de delphinidine, anthocyane responsable de la couleur bleue chez de nombreuses autres espèces, par exemple les iris.

Deux compagnies aux activités multiples, l’une japonaise (Suntory, www.suntory.com), l’autre australienne (Florigene, www.florigene.com) se sont lancées depuis quelques années dans l’utilisation de la transgénèse pour produire des « roses » bleues. Pour cela, il a suffi de rajouter deux gènes dans une rose (Rosa hybrida), l’un venant du genre Viola, l’autre de l’hydride Iris×hollandica, pour produire de la delphinidine en quantité suffisante pour que celle-ci prenne un ton violet-bleue significatif. Le résultat n’est pas encore parfait, mais ils sont sur la bonne voie…

Pour les informations techniques et les images des fleurs génétiquement modifiées :

Katsumoto et al. 2007. Engineering of the rose flavonoid biosynthetic pathway successfully generated blue-hued flowers accumulating delphinidin. Plant Cell Physiology 48, November 2007.
Article accessible gratuitement sur le site de la revue :
http://pcp.oxfordjournals.org/content/vol48/issue11/index.dtl

2 commentaires

  1. Vraiment quel dommage qu’on utilise toute cette technologie, tout ce temps , toute cette énergie pour un si piètre résultat! La fameuse rose bleue est bien plus jolie dans l’imaginaire!
    Quant aux roses rouges et toutes les autres elles nous émerveillent depuis belle lurette et continueront à le faire sans que l’on ait besoin de recourir à la transgénèse!
    Cela fait quinze ans au moins que je croyais ce type de projet abandonné…
    Françoise Brenckmann

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *