Le platane européen voit rouge

Depuis une quinzaine d’années, les plantations européennes de platanes sont décimées sous l’action d’un champignon appelé le Ceratocystis platani. Introduit accidentellement en 1944 par les troupes américaines lors de leur débarquement en Provence, il est à l’origine de la maladie dite du chancre coloré. Celle-ci empoisonne l’arbre à petit feu, s’étendant à l’intégralité du végétal. Pour lutter contre l’attaque du champignon, le platane bloque ses vaisseaux conducteurs de sève. Mais, outre le fait qu’il ne stoppe pas la propagation du Ceratocystis platani, ce réflexe de défense contribue également à le mener à sa perte. A l’heure actuelle, ce fléau a gagné de nombreux pays tels que l’Italie, la Suisse, le Sud de la Grèce ainsi que le Sud et le Sud-Ouest de la France.

D’après l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA), un arbre peut résister à la maladie pendant 4 à 6 ans, ce chiffre variant selon l’endroit de la contamination. Mais, en l’absence de remède, il est de toute façon promis à une mort certaine. Les signes extérieurs de dégénérescence du platane touché consistent en un feuillage anormalement clairsemé et en de longues traînées colorées apparaissant sur le tronc de l’arbre, lesquelles oscillent entre des teintes violet / noir et rouge / violacée.

Lire la suite sur le site d’Univers Nature

4 commentaires

  1. Actuellement, on fait beaucoup de tapage pour lutter contre Ambrosia artemisiifolia, en particulier parce qu’elle provoque de sévères allergies, une fois par an. Le préfet de l’Ardèche a même pris un arrêté pour obliger les gens à la détruire !
    Le platane provoque deux allergies : au printemps quand il fleuri et en automne-hiver quand ses fruits sont mûrs. Et là on mobilise l’INRA pour sauver le responsable des graves rhinites et autres irritations oculaires.

    Chercher l’erreur.

    Remarque : je suis un botaniste très allergique aux graminées, platanes, etc. mais pas (encore) à l’ambroisie!…

    1. La différence est que l’ambroisie est en expansion rapide un peu partout, alors que le platane,lui, s’échappe rarement des parcs, jardins et bords de routes.

    2. Il n’y a pas d’erreur, le platane fait partie de notre culture, et l’ambroisie non (pas encore :-).

      Mais le platane d’orient est-il sensible à ce champignon ?

    3. Ce que je veux faire remarquer, c’est qu’une plante provoquant des allergies n’est pas supportée quand elle se développe toute seule, mais que ça ne gène personne de planter des platanes qui provoquent au moins autant de problèmes que l’ambroisie. Le problème de la modification des milieux est un autre problème, il nous préoccupe, en tant que botanistes, mais inquiète beaucoup moins les préfets !
      Quant au platane qui fait partie de notre culture, c’est très relatif. Il semble que l’hybride Platanus x acerifolia est apparu pour la première fois à Oxford en 1650. De quand date son grand développement dans le midi ? 19e siècle ?
      Il est aussi capable de coloniser les ripisylves, mais il n’y est jamais très abondant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *