Projets du CIRAD : les Cèdres de l’Atlas marocain et l’Arganier

Le treizième numéro de Cirad-VIP, Valorisation et Innovation en
Partenariat, vient de paraître. Le dossier de ce nouveau numéro est
consacré aux activités du Cirad en zone méditerranéenne. Il est
disponible en français, en anglais et en espagnol. Vous trouverez
ci-joint la version électronique du numéro 13 (août 2008).

Vous souhaitant une agréable lecture,

Isabelle Guinet-Brial
Cirad, Direction de la recherche et de la stratégie – valorisation
Avenue Agropolis, TA 181/04
34398 Montpellier cedex 5
France

—-
A Tela Botanica, deux articles ont retenu notre attention :

Gestion intégrée de la forêt de cèdres du Moyen Atlas

Travailler avec les administrations, les communes, les populations locales et
le secteur associatif

La cédraie du Moyen Atlas recèle une grande biodiversité et assure un rôle de château d’eau pour la région. Elle est pourtant menacée par la sécheresse et le surpâturage.
A la demande du gouvernement marocain, le Cirad apporte un appui au projet du Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification « Aménagement et protection des massifs forestiers de la province d’Ifrane », dans le Moyen Atlas. En travaillant avec les administrations, les communes, les populations locales et le secteur associatif, ce projet a mis en place les conditions socio-économiques et les équipements permettant de rénover les aménagements agro-sylvo-pastoraux (irrigation, plantations fruitières, réhabilitation des parcours, etc.) de la province. Il a abouti à la création du Parc national d’Ifrane qui est maintenant doté d’un plan d’aménagement. La mise en place d’une réserve de biosphère de la cédraie du Moyen Atlas est à l’étude pour une reconnaissance par l’UNESCO de cet écosystème d’intérêt mondial.

La protection des forêts vous concerne ?
– Contact scientifique : alain.billand@cirad.fr
– Contact commercial : gilles.mille@cirad.fr

Maintien de l’arganier dans le sud du Maroc

La valorisation de l’huile d’argan extraite de l’amande, les molécules d’intérêt extraites
de la pulpe du fruit, etc.

L’arganier, espèce forestière endémique du Maroc, est exploité traditionnellement
par les femmes pour l’huile d’argan et par les hommes pour le pâturage et pour le bois. Soumise au surpâturage et diverses autres contraintes, l’arganeraie subit actuellement une forte réduction de superficie et de densité, tant en plaine que dans les piedmonts. Afin de la protéger et de la réhabiliter, le gouvernement du Maroc a lancé un projet d’amélioration de la situation de l’emploi de la femme rurale et de gestion durable de l’arganeraie
dans le sud-ouest du Maroc. Le Cirad, l’Université de Rabat et l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II d’Agadir travaillent sur la valorisation de l’huile d’argan extraite de l’amande, les molécules d’intérêt extraites de la pulpe du fruit ainsi que la multiplication végétative de l’arganier, les cultures associées et l’utilisation de champignons symbiotiques racinaires pour améliorer la qualité des plants.
Un autre projet sur le clonage de l’arganier avec d’autres partenaires vient de démarrer. L’analyse de la diversité génétique et la création d’un conservatoire d’arganiers sont envisagées.

Vous vous intéressez à l’arganier ?
– Contacts scientifiques : ronald.bellefontaine@cirad.fr ; antoine.galiana@cirad.fr
– Contact commercial : jean-michel.sers@cirad.fr

Daniel Mathieu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *