SBCO – Flore des Causses – Deuxième édition – Christian BERNARD : en souscription jusqu’au 24 décembre 2008

La célébrissime Flore des Causses de Christian BERNARD, en collaboration avec Gabriel FABRE, son beau-père et mentor, publiée par la Société en 1996 a connu un tel succès au fil des années qu’elle était épuisée au début de ce siècle. Il est clair que cette popularité de notre publication – la plus vendue avec et avant l’Initiation à la Phytosociologie sigmatiste, le Likenoj de Okcidenta Europo et Les Festuca de la Flore de France – ne peut s’expliquer que par la symbiose entre l’auteur et « ses beaux Causses natals » qu’il aime, connaît comme nul autre et pratique inlassablement, toujours émerveillé par leur richesse floristique et leur splendeur intacte. Loué sois-tu, cher Christian, vrai terrien.

L’heureux auteur a accepté que la SBCO en publie une seconde édition. Il lui a alors fallu se remettre à l’ouvrage, intégrer dans le nouveau texte les quatre Suppléments qu’il avait régulièrement ajoutés à sa chère Flore (soit environ 80 pages de plus), revoir les cartes de répartition en fonction de ses plus récentes trouvailles sur le terrain, réviser l’index alphabétique, avec une centaine de nouveaux taxons et de nombreuses nouvelles photos couleur.

De son côté, Rémy DAUNAS, toujours acharné Directeur de la publication, a dû remettre patiemment en place les uns après les autres les dessins de Coste, ajouter ceux réalisés avec toujours le même talent par Marcel SAULE, et réintégrer les cartes de répartition (modifiées) utilisées lors de la première édition et conservées soigneusement depuis, et enfin revoir complètement et méticuleusement la complexe mise en page.

Voilà pourquoi vous bénéficierez d’une édition revue, améliorée et augmentée, avec couverture rigide, grâce à deux Vaillants Fêlés de naguère, et avec un Avant-Propos d’André BAUDIÈRE. Nous ne doutons pas un seul instant qu’elle connaîtra le même succès que son aînée. Les possesseurs de la première édition ne pourront que profiter d’une approche comparative enrichissante en se procurant la nouvelle mouture.

6 commentaires

  1. Lors de la commande,il faut ajouter 10 euros de cotisation à la Société du centre-ouest,ce qui fait 35 euros +10 +9 euros de frais de port.Soit 54euros!Alors que le prix de vente à parution sera de 43 euros.
    Cherchez l’erreur…

    1. Il n’y a pas d’erreur : à la parution il faudra payer:
      43 euros + 9 euros de port + 10 euros de cotisation = 62 euros.
      Cordialement
      Benoit BOCK

    2. si j’ai bien lu le bon de commande, l’ouvrage pesant tout compris environ 1400 g, les frais de port devraient être de 8€, non ? … si on veut chipoter !

    1. Comme chacun sait, on trouve TOUT sur Internet, et souvent DE TOUT !
      Que faut-il penser des réactions de mécontentement de ce correspondant des Causses du Quercy, réactions qu’il intitule : « Flore des Causses : et nous ? ».
      Il poursuit par : « je proteste énergiquement pour les lotois et tarn et garonnais, oubliés », « ne figurent pas sur la couverture ».
      Invitons ce mécontent, qui se croit laissé pour compte, à ouvrit la p. 17 et suivantes de la 2° édition et à prendre connaissance du chapitre « Présentation générale du territoire couvert par la flore ». Dans ce chapitre, il est écrit : «…les Causses du Quercy, plus occidentaux et non inclus dans notre dition. ».
      Le choix de l’auteur et all. de « Flore des Causses » est donc bien un choix délibéré de traiter, ainsi que s’est annoncé, seulement et uniquement les « Causses du sud du Massif Central » et d’exclure volontairement de la zone de ses compétences tous les Causses situés à l’ouest de la grande faille de Villefranche-de-Rouergue, où figure également le Causse de Villefranche qui, lui, est en Aveyron.
      Il ne nie pas l’intérêt que présentent, notamment sur le plan floristique, les Causses de l’ouest du Massif Central et laisse à d’autres, connaissant bien leur région, le soin de rédiger une Flore spécifique pour cette autre entité. La compétence en botanique peut difficilement être universelle !
      Enfin, plus grave, que faut-il penser de cette affirmation gratuite de ce même correspondant qui écrit : « grave erreur commerciale » !?
      Faut-il rappeler, pour couper court à des propos inexacts, stupides et à la limite du diffamatoire, que la SBCO ne conduit pas d’activité commerciale et que tout le travail de rédaction assuré par Rémy Daunas et son équipe est entièrement bénévole, de même que celui de l’auteur qui ne perçoit pas de droits d’auteur. Ces conditions exceptionnelles, dans une époque où tout se monnaye,-même les herbiers !-, malgré l’absence de subventions, permettent à tous les membres de l’association de se procurer des publications scientifiques à des prix défiant toute concurrence.

      Christian Bernard, botaniste, membre de la Société Botanique du Centre-Ouest et auteur de la Flore des Causses (1ère édition également à la SBCO en 1996 !), bénévole.
      Yves Peytoureau, Président de la SBCO, bénévole.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *