OGM, filières classiques, bio : aura-t-on encore le choix ?

Le développement des cultures OGM en France ne va pas sans conséquences sur les autres cultures et protéger des contaminations fortuites les filières classiques et bio induit des coûts supplémentaires.

La coexistence de ces différentes formes de production est même parfois impossible, comme le montre une étude réalisée par le CREG (Centre de Recherche et d’Etude en Gestion) et l’Université de Pau pour Greenpeace.

A l’échelle mondiale en 2007, 114,3 millions d’hectares ont été cultivés en OGM, avec une progression de 12 % enregistrée depuis 2006. Les surfaces en France ont également connu un important développement, passant de 5 000 ha de maïs MON810 en 2006 (un maïs génétiquement modifié pour produire un insecticide) à environ 20 000 ha en 2007.
Depuis 1997, un étiquetage portant la mention « susceptible de contenir des produits issus d’OGM » permet au consommateur de choisir parmi les offres du marché. En 2003, un seuil de 0,9 % a été fixé, établissant la teneur en OGM au-delà de laquelle un produit doit porter cette mention. Pour les productions biologiques, la limite de tolérance est de 0,1 %. Le respect de ces seuils implique pour les agriculteurs conventionnels et bio de se prémunir de toute présence fortuite d’OGM dans leurs productions. Or, avec l’augmentation des surfaces cultivées en OGM, le risque de contamination augmente aussi.

Lire la suite de l’article sur Univers-nature.com

2 commentaires

  1. Si j’ai bien compris la politique de ce néo-nazi, criminel contre l’humanité qu’est- MONSANTO, son MON810 et consort ne produit pas un insecticide comme dit dans l’article mais est résistant génétiquement au roundup fabriqué par cette Multi-nationale. Ce qui permet aux exploitants agricoles de sur-doser avec le ROUNDUP, cet insecticide intelligent, si intelligent qu’il peut tuer toute trace de vie sur terre sans polluer…Merci pour la bio-diversité…

    Je propose que tous les larbins collabos soient nourri avec le roundup

    1. Je veux bien qu’on n’aime pas Monsanto, mais il faut veiller à ne pas dire d’âneries.
      Accessoirement si le point Godwin avait pu ne pas être atteint dès la première réponse, ça n’aurait pas été plus mal!

      Le MON810 est un OGM de type BT (en simplifiant grossièrement) c’est à dire qu’il produit un insecticide synthétisé à partir de la bactérie Bacillus Thuringiensis. Dans la pratique c’est un peu plus compliqué que ça, il existe plusieurs types d’insecticide BT mais on ne va pas développer trop sauf si ça intéresse quelqu’un.
      Le terme MON810 désigne en fait une construction génétique qui est implémentée dans des variétés commercialisées.

      Les autres types d’OGM (entre autres) sont par exemple les RoundUp Ready qui sont résistants au glyphosate (substance active composant le RoundUp) qui est un HERBICIDE (que plein de jardiniers du dimanche pulvérisent allégrement dans leur jardin quand il y a deux trois mauvaises herbes dans les jardins).
      On ne surdose pas avec le RoundUp en l’absence d’OGM : si on balance du Round Up sur une culture, on la flingue!

      Il existe des maïs qui combinent la résistance au BT et la résistance au glyphosate (OGM de 3e génération). C’est de ceux-là que vous vouliez parler je pense….

      Ah, sinon, tapez également Syngenta ou Pioneer sur votre moteur de recherche favori, il n’y a pas qu’une société qui fait de l’OGM ….

      Bien cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *